Survivre à la varicelle de son enfant

Voilà un peu plus de 2 semaines que mon blondinet a commencé à me dire « rahh ça pique maman ». Ce jour là, j’ai cru que son jean neuf l’avait blessé à la cuisse. Il avait là une petite blessure, seule, sur le reste de sa peau encore si lisse. Trois jours plus tard, un bouton immonde avait établi son campement dans le cou du poupon, bien sûr, le bouton n’aime pas la solitude alors il a vite appelé ses potes pour faire la fête, utilisant la petite peau immaculée de mon fils comme terrain de jeu. Le cou étant déjà rendu à l’état de la salle de bain où tous les convives bourrés ont repeint les murs, les boutons ont envisagé le reste de la location et se sont étalés sur le dos, le ventre, le visage…

Le coup de bol c’est que ces invités probablement trop atteints ne semblent pas bien supporter la lumière, ils sont donc resté planqués sous les fringues, obligeant le pédiatre à utiliser le front de mon fils comme tableau vivant. Un gros marqueur rouge et plusieurs points sur le visage de James plus tard, nous pouvions sortir du cabinet. Et oui… Seul moyen d’avertir les personnes qui devaient fuir le petit pestiféré qu’il avait la varicelle.

« Attends, va falloir gérer les crises de démangeaison là ? Courage, fuyons!!!!! »

J’avoue avoir eu la trouille même si j’ai souhaité bien des fois qu’il l’attrape en étant petit. D’un coup il allait falloir que je gère avec un enfant qui n’a aucune patience (tu vois arriver le problème de la grattouillite qu’il faut empêcher ?). Honte à moi, mauvaise mère, d’avoir sous estimé le caractère de mon fils. Pourtant côté caractère c’est un mélange de moi enfant (pour les bons côtés) et de moi adulte (pour les mauvais côtés). Heureusement, côté varicelle, il a opté pour le bon côté de la ressemblance ! Au moment des crises, c’est les poings fermés, les yeux plissés et dans des râles de « Rahhh la ravicelle (oui, oui) tu me pique, va-t-en tu m’énerves!!!! » que je le voyais attendre la fin de la crise. Parfois (on est tous humain) il a tenté de se soulager mais en « frottant » avec le plat de la main, voir en tapotant.

Comme vous le savez, qui dit varicelle, dit « ne reste pas à l’école et t’oublie la collectivité en général ». En principe c’est mes parents qui le gardent quand il n’est pas à l’école mais comme ma mère est assistante maternelle, il n’y avait plus qu’une solution: garder James à la maison et gérer mon boulot avec lui (je bosse de chez moi pour le moment, une chance dans ce genre de cas).

Là, il a fallu trouver comment tout gérer… Soyons honnêtes, avant d’être maman, je me voyais bien mère au foyer mais quand James est né j’ai vite compris que ce n’est pas mon truc, j’ai besoin de plus d’action que de fatigue (si, ne nous mentons pas, les enfants, c’est quand même de la fatigue qui s’accumule rapidement). Bref, rester à la maison à m’extasier devant la dernière tour en bois réalisée par le farfadet, c’est pas mon truc. Je me garde ça pour le soir et les week end, ça me suffit.

Au bout d'un moment tu cèdes et tu finis par faire une tortue ninja en pâte à modeler à ton fils...

Au bout d’un moment tu cèdes et tu finis par faire une tortue ninja en pâte à modeler à ton fils…

Mes compagnons varicelle

La crème lavante au Calendula que j’ai eu à la suite d’une conférence de presse chez Weleda est arrivée pile au bon moment ! Les bains doivent être très courts en cas de varicelle, ce qui déplait fortement à James qui adore jouer de longs moments dans son bain, mais avec les boutons, l’eau semblait accentuer les démangeaisons. Le calendula étant réputé pour son action apaisante, j’ai tenté. Verdict de James « Ahhhhhhhhhhh » de soulagement. Pendant une semaine, il m’a réclamé « le bain qui fait du bien aux boutons« . Je vous parle bientôt de tout ce que j’ai appris lors de cette conférence, c’était passionnant !

Quand il est malade, mon fils est très « maman » (habituellement c’est plutôt « lâche moi je fais ma vie » style). Résultat ? Des dessins animés avec James allongé sur moi. Vous avez vite compris le problème: impossible de bouger ! Ma solution ? Un casque sur les oreilles et un test: la version Audio de 50 nuances de Grey (J’en parlerai bientôt en détail sur SoSandra.fr)

Légèrement contrarié par la situation (« non chéri, tu ne peux pas aller jouer avec tes copains« ), James avait encore moins d’appétit que d’habitude. J’ai tout tenté, sans véritable succès (même les nuggets n’ont pas su le convaincre). Boire de l’eau ? Bof… La seule chose qu’il a accepté de boire c’était un Caprisun qu’on m’avait envoyé en test.  Le format lui a plu, des petites ‘poches » de 20cl à boire avec une paille. Personnellement je trouve ce format peu pratique, on s’en met rapidement partout. En revanche, elle est assez résistante et une fois vide elle prend nettement moins de place qu’une briquette ou une bouteille dans son sac quand on attend désespérément de trouver une poubelle !

Côté goûts, ils ne sont pas désagréables mais on sent bien que le produit est surtout composé d’eau, le « fruit » n’est pas aussi présent que dans un jus de fruit classique mais qu’importe, ça hydrate plus que le refus de toute autre boisson. J’avoue avoir apprécié personnellement le tropical mais c’est une saveur que je privilégie généralement quand je choisis un jus donc je ne suis pas forcément très objective. La saveur orange avait vraiment un goût très léger,trop léger…

Les boutons s’en vont enfin. Veni, vidi, vici Varicelle ! Tu es venue, on te rend ta liberté. A priori, maintenant, on est tranquilles de ce côté là (jusqu’au prochain enfant ;))

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Google+

7 responses to “Survivre à la varicelle de son enfant

  1. Maman Geek Post author

    Je craignais avec James et c’était nettement plus cool que tout ce que j’ai pu imaginer avant 😉

  2. auto

    C’est vrai que c’est un mauvais moment à passer, mais si il y a une chose qui est bien c’est que c’est fait et plus à faire 😉

  3. mary

    Roooooh dommage que tu sois loin, j aurai frotté ma petite seconde a james lol 🙂

    En tout cas j ai bcp rit en lisant ton article, te voila debarassé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *