Mes armes pour lutter contre le stress : les crayons !

S’il y a bien une chose que je connais depuis (trop) longtemps, c’est le stress. D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours ressenti ça et le temps ne fait qu’aggraver les choses. Je vais avoir 33 ans, il est plus que temps que je lutte contre…moi.

Les événements n’ont de pouvoir sur nous que ce que nous leur accordons d’avoir. Les mêmes événements n’auront pas le même impact d’une personne à l’autre, alors pourquoi cela impacte-t-il plus certains ? Je ne sais pas trop. Cela peut sans doute avoir une origine particulière, être lié à un moment clef de sa vie ou à toute une période, mais ce que je sais, c’est que le pouvoir que nous avons tous est celui du travail sur soi, pour parvenir à une sérénité au quotidien et non plus à une angoisse permanente qui ronge chaque minute de nos vies.

Je ne suis pas du genre à foncer sur des anxiolitiques. Je me connais, quand quelque chose me fait du bien, j’ai tendance à tomber dans l’excès (c’est aussi pour cela que je ne bois que très rarement d’alcool. J’ai trop peur d’avoir envie de plonger dedans pour apaiser les périodes de tourmentes). Je préfère les méthodes plus douces, plus naturelles.

J’ai mis du temps à trouver, mais j’ai enfin mis le doigt sur quelque chose qui me détend réellement et qui m’aide à faire tomber la pression chaque jour : le coloriage.

Régression quand tu nous tiens… Est-ce parce que cela me renvoie à une période où “Papa/maman” étaient là pour venir à mon aide quand j’en avais besoin ou bien le fait que cette activité occupe l’esprit et oblige à maîtriser sa respiration pour ne pas déborder ? Je ne saurais pas le dire avec exactitude. ce que je sais en revanche, c’est que cette activité me permet d’effectuer un travail sur moi.

La patience n’a jamais été mon fort. J’adore avoir pleins de projets, mais j’ai besoin de les voir se concrétiser rapidement. En général, je papillonne d’un projet à l’autre pour ne pas me laisser le temps de me lasser. Avec le coloriage, je me force à terminer un dessin avant de passer au suivant.

IMG_85094054104336A titre d’exemple, ce coloriage m’a pris 4 heures. Toute une soirée. J’étais énervée et stressée à cause de quelques soucis dont je vous parlerais après. J’avais besoin de décompresser. Plusieurs fois, j’ai voulu changer de dessin, mais j’ai tenu bon. Après toute une soirée à colorier et à lutter contre mon impatience, j’en suis arrivée à bout ! Ce n’est pas seulement un coloriage, c’est une victoire sur moi même. une victoire qui me redonne confiance en moi, qui me prouve que si je veux, je peux !

Je coloris, j’inspire, je colorie, j’expire

Je parlais de respiration tout à l’heure. La relaxation est un autre point. Une activité que l’on me recommande depuis longtemps sauf que je suis plus du genre à aller me défouler avec des gants de boxe et un punching ball que sur un tapis rose dans la position du lotus ! Difficile pour moi de rester les yeux fermés à écouter de la musique sans rien faire. La seule chose qui tourne en boucle dans ma tête c’est “quelle perte de temps… Tu pourrais faire autre chose de plus utile”. le coloriage n’est peut-être pas “utile”, mais il me permet de voir une progression sur un travail qui a un but et d’atteindre un objectif fixé, tout en obligeant à un calme relatif sur ma respiration, ce qui a le pouvoir de me calmer, cela me semble de plus en plus évident.

D’ailleurs, saviez-vous que vous pouviez retrouver un peu de calme simplement en inspirant et expirant longuement plusieurs fois de suite ? Le corps humain est fantastique !

 

Rendez-vous sur Hellocoton !Google+

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Commentaire sur “Mes armes pour lutter contre le stress : les crayons !”