“T’es pas mon copain!”, les premières peines

“Maman, tu sais, l’école c’était trop bien aujourd’hui”.

La sortie de l’école annonçait pourtant une fin d’après midi agréable. Tout sourire, je propose à James de nous arrêter dans un square avant de rentrer prendre le goûter. Bien sûr, il est ravi. Je dois te dire que je déteste ça, le parc, mais maintenant qu’il n’a plus besoin que je lui cavale derrière, c’est déjà moins agaçant.

Quand un copain de l’école arrive (avec son chien), James est aux anges.  Un bonheur de courte durée…

Alors qu’ils jouent, j’entends ces mots prononcés par le petit copain en question “t’es pas mon copain!”, le tout avec un grand sourire. Bien sûr, premier réflexe: “mais quelle canaille celui-là!”. Je les vois rire et courir, puis cette phrase de nouveau. Une phrase dite sans intention réelle de nuire, juste pour s’amuser mais voilà, James, lui, a été touché en plein cœur. Les larmes coulent, je l’entends sangloter. Mon coeur de mère se déchire. Mon fils a mal. Pas de sang sur ses genoux, sa douleur est plus grave, elle touche au coeur, il saigne de l’intérieur. Sous ses dehors de gros dur, il en faut de peu pour lui faire du mal.

Dans un sanglot étouffé, il m’explique qu’on lui a dit “t’es plus mon copain”. Avec toute la bienveillance dont une maman est capable dans ces instants(et l’envie de faire bouffer ses dents au copain), je lui explique que son copain a dit ça pour jouer, qu’il ne le pense pas et je lui propose d’aller discuter avec le copain.

Le petit garçon, bien embêté de voir James pleurer, me confirme que c’était pour jouer. Avec son vocabulaire d’enfant de quatre ans, il m’explique que c’est une sorte de jeu du chat et de la souris, le “t’es pas mon copain” étant l’élément qui fera courir l’autre enfant derrière soi.

Malheureusement pour lui, James a été touché plus que prévu. Alors qu’en temps normal il essuie ses larmes et s’en va jouer, cette fois la bombe était lâchée: “je t’aime plus, t’es plus mon copain!”. Bon, il va falloir expliquer à James que ce n’était qu’un jeu, maladroit certes, mais un jeu. La maman du petit garçon ayant lâché un “tu es méchant!” à son fils, je me suis retrouvée prises entre deux petits garçons qui ne se comprennent pas bien, dont l’un en veut à mort à l’autre, et une maman qui a tenté de consoler James en engueulant son fils devant la moitié du quartier. Restera à voir si James veut toujours inviter ce copain à son anniversaire…

Heureusement, l’heure du goûter est arrivé, il a fallu rentrer. Et après on se demande pourquoi je n’aime pas le parc…

parc

Rendez-vous sur Hellocoton !
Google+

3 commentaires sur ““T’es pas mon copain!”, les premières peines

  1. un peu oui… surtout que là il nous dit “mon frère” en parlant de ce copain là :s. Mon fils essaie de nous faire passer un message je crois…lol

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *