8 ans : racketté et étranglé à l’école

Un jour comme les autres, ton enfant se plaint d’avoir mal au ventre et à la tête. Nous sommes en septembre, les fleurs d’été ont fait place aux feuilles mortes et les virus courent les rues. En principe, pas de quoi s’étonner. Oui, mais tu sens bien que ce n’est pas ça. Il y a autre chose. Quelque chose de plus grave. Tu t’installes à côté de ton enfant et tu essaies de comprendre. Après quelques banalités, tu découvres l’horrible vérité : ton enfant de 8 ans subit une agression à l’école.

L’école est-il un lieu sûr ?

Quand nous déposons nos enfants à l’école, nous pensons qu’ils y sont en sécurité. En théorie, cela est vrai. Après tout, ils sont encadrés: des adultes assurent la surveillance, les barrières empêchent les étrangers d’entrer ou les enfants de fuir. Ils sont là pour préparer leur avenir, apprendre de nouvelles choses chaque jour… Apprendre à se faire agresser doit-il en faire partie ?

Lorsque j’avais 6 ans, je me souviens d’avoir moi aussi dû faire face à des agressions injustifiées. Dans mon cas, il s’agissait la plupart du temps de ma maîtresse mais quelques fois, j’ai subi les moqueries de camarades pour des causes totalement stupides (comme une petite sœur qui se prend pour un coiffeur de haute renommée et oblige ta mère à te conduire en hâte entre midi et 2 chez le coiffeur pour rattraper la cata. Résultat, à 11h30 tu avais quitté l’école avec la coupe aux épaules de petite fille sage et tu reviens à 13h30 avec une coupe à la garçonne, entraidant les moqueries des filles de ta classe à grand coup de “Nannnnn toi tu vas avec les garçons !!! t’as vu tes cheveux? T’es un garçon !!! ” Oui, une fille, même à 6 ans, ça peut être d’une connerie sans nom.).
Par crainte des représailles, je me taisais…

Aujourd’hui, cela m’a permis de déceler que quelque chose n’allait pas avec notre fils.

Que faire face à l’agression de son enfant à l’école ?

Nous avons de la chance, il parle… mais je me doute que d’autres enfants sont dans son cas et n’osent rien dire. Nous avons bien entendu alerté la maîtresse par un mot dans le cahier lors de la première agression : un racket aux billes avec bousculade et coups quand notre fils a refusé de donner ses affaires. L’agresseur a été punis de récréation et a eu un mot dans le cahier pour ses parents avec convocation chez la directrice.

Une semaine plus tard, le même schéma. Cette fois, notre fils nous raconte comment des filles de sa classe s’en sont pris à lui à coup d’écharpe et d’étranglement… Là, j’avoue que j’ai encore plus vu rouge. Qu’on réclame des billes, c’est nul mais bon. Qu’on frappe, c’est inadmissible mais qu’on étrangle avec une écharpe ??? Impardonnable !

Alors, nous en avons parlé à la maîtresse… Pour le moment, rien ne bouge. On attend quoi exactement ? Que l’un des enfants soit envoyé à l’hôpital dans un état grave avec des blessures sérieuses ?

Alors, je me suis demandée que faire. Au delà de mon fils, c’est l’ensemble des enfants qu’il faut protéger. Les victimes doivent être protégés de leurs agresseurs, les parents doivent savoir ce qu’il se passe avec leur enfant (je me doute bien que les parents des “agresseurs” ne pensent pas que leur enfant est capable de faire cela ou alors c’est encore plus grave…) et les “agresseurs”. Si aujourd’hui nous ne faisons rien, demain sera pire.

Je profite donc d’un groupe Facebook sur ma ville pour échanger avec d’autres parents et voir si de la prévention peut être faite. Peut-être que si nous remontons différents cas dans différentes écoles, nous parviendrons à trouver un meilleur moyen pour intervenir auprès des élèves et changer la donne pour ces enfants qui formeront la société de demain… Si nous voulons un monde meilleur, il est capital de veiller sur nos enfants…

Avez-vous dû faire face à ce type de situation vous aussi ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Google+

5 commentaires sur “8 ans : racketté et étranglé à l’école

  1. Coucou,

    Je comprends ton inquiétude : j’ai été harcelée jusqu’au lycée et du coup l’école (et les autres en général) déclenche assez mon signal d’alarme. Mes 2 enfants vont à l’école et ma vigilance maladive me permet de m’interroger sur des comportements de cour de récré et d’en parler à la maîtresse. Jusque là ce n’était que des inquiétudes de maman, face à des jeux d’enfants anodins. Cette année, Mini est entré au CP. Grande école, grande cours, plus d’enfants moins de surveillance. Mini est autiste et ne communique pas vraiment sur ce qu’il se passe pour lui alors on ne sait pas ce qui se passe à l’école 🙁 Mais un midi que son père le déposait, il a vu Mini se faire tabasser par plusieurs autres enfants o_O Il est entré furibond dans la cour pour remettre tout ce petit à sa place ! (et s’est fait engueulé par les encadrants :/ )
    Depuis, on essaie de savoir ce qui se passe tous les jours, pour voir si ça continue, car après enquête, les 2 premières semaines d’école ont été un vrai calvaire : sexisme, harcèlement, isolement, coups…. ça fait beaucoup pour un enfant de 6 ans je trouve 🙁

    J’espère que ça s’arrangera vite pour ton petit ♥

  2. Bonjour,
    J’habite une petite commune du côté de Liège en Belgique. Nos enfants sont dans une école du réseau libre qui est plutôt bien cadrée.
    L’année passée, un jour d’hiver, lorsque je vais rechercher mes enfants le soir, une des gardiennes me prévient “d’un petit accident” sans conséquences avec mon fils et le directeur a déjà pris les dispositions nécessaires avec l’enfant qui s’en est prit au mien…
    On ne veut pas me dire de qui il s’agit, ni l’accident en lui-même, l’incident est clos.
    De retour à la maison, il est 19:00, mon fils se déshabille et je vois des marques de strangulations à son cou. Je lui pose des questions et il m’explique que c’est le gamin avec qui il a chaque fois des soucis. Nous le connaissons bien. Dans le passé, il faisait souvent punir mon fils pour des bêtises. Rappelons quand même que ce soir mon fils n’a que 4 ans…
    Mon compagnon fou de rage envoie un email incendiaire au directeur, sachant que nous avions l’identité de l’agresseur et ne comprenant absolument pas comment un enfant de 4ans peut imaginer étrangler un “copain” du même âge pour “le fun”.
    Dans l’heure qui a suivi, le directeur nous a répondu en expliquant qu’il avait pris des dispositions avec la famille et qu’il avait vu l’enfant directement.
    Nous n’avons plus eu de problèmes de ce genre et maintenant ils sont bon copains.
    *Pourvu que ça dure*…
    J’avoue que je suis assez satisfaite du retour de l’école et des dispositions qu’ils prennent en pareil cas.
    Nous avons régulièrement des invitations à des conférences sur le harcèlement à l’école ou sur le harcèlement sur les réseaux sociaux par l’intermédiaire de l’école. Ils font très attention à cela et aident les familles agressées et agresseurs qui semblent perdues face à leurs problèmes.
    Ca fait très bisounours, désolée…
    Courage à vous.

  3. coucou sandra,
    Je suis navree pour ce qu il s est passe, malheureusement tout ca fait parti du quotidien des enfants depuis des generations. Toi tu l as subit, je l ai également subit….Et mon fils également… lui ca a commence des la premiere année de maternelle, il était timide, ne parlait quasiment pas donc les autres en ont profite… des la deuxième année tout a change , il a prit du caractère et les a renvoyé bouler. Depuis il est toujours embêté mais c est par période, Timothée est petit et frêle pour son age ca doit jouer car ils doivent le sentir plus vulnerable, mais non il a du caractère et ne se laisse plus du tout faire. Nous lui avons meme dit que s il était embêter par quelqu un il avait le droit de rendre les coups ! certes la violence n est pas une solution mais il est hors de question qu il se laisse taper sans rien dire. L année dernière était la pire année, il a eu beaucoup de problèmes avec deux trois grands (dont un qui lui a demande de lui toucher le zizi), nous sommes aller voir de suite le directeur (qui était également son maître) et il a agit sans attendre. Nous avons la chance d avoir un directeur qui souhaite que tout se passe bien dans notre petite école de campagne, du coup il nus a dit que tout devait etre signaler. Voila un peu pour notre histoire, j espère sincèrement et du fond du cœur que tout va vite s arranger pour james, les voir se renferme sur eux meme, ne plus vouloir aller a l école etc c est terrible pour des parents. Bises ma belle

  4. Oh mon dieu le pauvre 🙁
    Vous avez raison de vous mobiliser,ce n’est vraiment pas normal! Vous avez de la chance qu’il vous parle ,c’est super ça.
    Je n’ai pas encore vécu cette situation mais c’est une grosse frayeur avec ma fille de 8 ans qui a tendance a se laisser faire et mon loulou de 5 ans autiste .
    Bon courage,j’espère que ça s’arrangera vite

  5. Je suis la maman d’un gamin formidable, épatant. Avec un humour bien piquant et un vocabulaire de grand. Je suis la maman d’un petit garçon différent, un zèbre, haut potentiel, un peu distrait, sur sa planète… je suis la maman de professeur tournesol.
    Mais je suis avant tout la maman d’un petit garçon de 9 ans. Un enfant. MON enfant.
    Il y a deux ans, j’ai été la maman de cet enfant harcelé, moqué, pointé du doigt…
    Moi aussi j’ai eu la chance, il a parlé. Mais quand j’ai découvert l’ampleur de ce qu’il a vécu, j’avais juste envie de pleurer. Je sais que les enfants peuvent être cruels entre eux, mais quand ça nous touche d’aussi près, ça fait tellement mal!!! Entendre qu’il était bousculé, plaqué contre le mur par 5-6 grands, frappé… j’avoue, j’avais envie d’en empoigner un pour frapper sur les autres. Oui, je sais que ce n’est pas la solution
    Enfin, on a agit aussi bien sur mon fils pour qu’il apprenne à se défendre et à dénoncer les abus (parce qu’il est tellement gentil qu’il n’en parlait pas aux instits de peur d’empirer la situation).
    Il a changé d’école, pour une question de pédagogie beaucoup plus adaptée à sa personnalité, et son école a une tolérance zéro pour la violence.
    À la rentrée, j’ai récupéré mon fils avec un œil au beurre noir! J’ai immédiatement été trouver la directrice qui avait vu l’incident et pris immédiatement des mesures. Et ça me rassure.
    Encore plus, je sais pourquoi j’ai choisi cette école! Une école tournée vers l’humain, où on apprend aux enfants à se respecter et respecter les autres. On leur apprend à exprimer leurs émotions.
    Je suis la maman d’un enfant de 9 ans qui revient de très très loin mais qui est heureux et épanoui et j’espère qu’on ne revivra jamais cet enfer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *