I.V.G : Le débat…

Tu n’as pas pu passer à côté. Tout le monde se bat pour faire savoir s’il est pour ou contre l’IVG. Pas moi.

Je ne prendrais pas partie pour un clan ou l’autre pour une bonne raison: je soutiens les deux clans autour des mêmes valeurs : le respect de la liberté et de la vie.

Human_fetus_10_weeks_-_therapeutic_abortion

L’IVG, pour moi, signifie disposer de la vie d’autrui. Les Pro IVG optent pour le choix de la mère en sacrifiant un être en devenir sur l’autel de la sacro-sainte liberté acquise pour les droits de la femme, et ceux qui s’opposent à l’avortement, eux, sacrifie à une vie aussi et peut-être le bonheur du futur enfant auprès d’une mère qui ne veut pas de lui pour un être humain dont on n’a pas la preuve qu’il ressente grand chose à ce stade de la grossesse.

Alors à qui donner raison? Pour moi, le bébé existe dès la première cellule. Je ne peux donc pas me résoudre à être pour l’IVG et pourtant, n’ayant aucune preuve que ce futur enfant souffrira, je ne peux pas penser qu’il faudrait obliger une femme à porter et accoucher d’un enfant qu’elle ne désire pas.

Même lorsqu’on a désiré son enfant de toutes ses forces, il arrive un moment où nous le trouvons pénible et où il faut trouver la force de se contrôler. Quel avenir aurait un enfant auprès d’une mère qui pourrait lui en vouloir en pensant qu’il a “gâché sa vie”?

Confort, tu parles de confort?

Il y a ensuite la question du débat de l’IVG de confort. Ce terme qui agace parce que non, avorter n’a rien de “confortable”. Mais, si on y réfléchi, on parle bien de césariennes de confort? Et la chirurgie esthétique, lorsqu’elle ne relève que d’un choix personnel non motivé par une quelconque nécessité médicale ou psychologique n’a rien de confortable, et pourtant, elle en revient à ce que certaines pratiquent avec l’IVG: C’est pratique.

Oh je sais, je ne vais pas me faire d’amies sur ce coup là, mais, désolée, mon avis est clairement motivé par mon expérience personnelle. Que cela soit clair, je ne suis ni pour, ni contre l’IVG, tant qu’il s’agit d’un choix personnel, je suis pour la liberté de choisir et que chacun puisse disposer de son corps dans les limites de la moralité. Malheureusement, il y a des exceptions qui noircissent mon tableau.

Oui, certaines femmes (et attention, je ne pense pas que ce soit la majorité, loin de là, mais elles existent), choisissent d’avorter comme certaines vont se faire tatouer ou faire un piercing (ce n’est pas agréable, mais la fin justifie les moyens). Personne ne dit que c’est agréable, pourtant, j’ai du mal à me retenir face à certaines.

Je t’en ai déjà parlé, mais lorsque j’attendais pour partir au blog pour ma grossesse extra-utérine, que je me sentais morte à l’intérieur à l’idée que mon bébé allait m’être arraché, deux femmes riaient sur des sièges à quelques pas de moi. Si je n’avais pas été allongée sur un brancard avec ordre de ne surtout pas bouger et perfusée, je crois qu’il aurait fallu appeler la sécurité.

La phrase que j’ai entendue? “Moi c’est la 3ème fois cette année. Heureusement que ça existe hein, je vois pas ce que je ferais d’un chiard maintenant. Surtout que ma carrière va décoller”. Et ça riait…

Un côté de moi se dit maintenant que l’IVG devrait être interdit pour ce genre de personne et en même temps, dans ce acs précis, je suis bien contente qu’il existe: ça évitera non pas à une mère d’être forcée de garder un enfant dont elle ne veut pas, mais à un enfant de grandir auprès d’une conne!

Bref, le débat actuel tourne autour de la liberté de la femme à disposer de son corps alors que je pense qu’il faudrait plutôt s’inquiéter de l’avenir de l’enfant à venir. S’il n’est pas désiré, quel futur pour lui? L’adoption? C’est une possibilité qui vaudra mieux que de grandir auprès d’une personne qui risque de lui faire “payer” pour quelque chose dont il n’est pas responsable. Mais il y a aussi l’impact psychologique, la recherche de ses origines qui peut être perturbant…

Voilà pourquoi je ne prendrais pas partie. le débat ne se trouve pas au bon endroit…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Google+

4 responses to “I.V.G : Le débat…

  1. Milie

    Je comprends tout à fait ce que tu veux dire.
    Je suis à 100% pour le DROIT à l’avortement, ça ne veut pas dire que je pense que l’avortement est quelque chose d’anodin.
    Mais tu le dis toi-même… quid de l’avenir d’un enfant dont la mère ne veut pas…

    Le débat pro ou anti IVG et le débat pro et anti loi IVG n’est pas le même (du moins pour moi). Je ne suis ni pour ni contre l’IVG, c’est tellement personnel, mais je suis pour cette liberté de choix.

  2. Maman Geek Post author

    Oui, malheureusement le débat autour de la loi fait ressortir les avis des deux parties autour de la thématique même. Sur la liberté de choix, je suis d’accord avec toi. on ne peut pas imposer quelque chose de cet ordre à quelqu’un. En revanche, si on pouvait forcer certains à prendre un peu de plomb dans la tête, ce serait bien (CF la nana que je mentionne plus haut. Elle, j’espère ne jamais la revoir un jour…)

  3. Agnès

    D’accord à 100% avec toi !
    L’IVG n’est pas un acte à faire à la légère comme aller chez le coiffeur
    Car pour moi aussi bébé existe dès la première cellule

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *