2020 : année du permis de conduire ?

Les voitures et moi, c’est une histoire un peu confuse… Mon papa travaillait pour un grand constructeur français et nous changions de voiture tous les 6 mois quand j’étais enfant. Je me souviens que j’avais une petite voiture majorette et que, à chaque changement de voiture, mon père me rapportait un petit pot de peinture pour que je puisse repeindre ma voiture de la même couleur que celle au format familial. J’adorais cette voiture. Je pense que c’était mon jouet préféré… Cette voiture a toujours représenté pour moi la liberté. Je ne sais pas trop pourquoi…

Pourtant, à 37 ans, je n’ai toujours pas mon permis… Allez, je vous raconte tout !

Voiture = Liberté ?

En 2003, c’est JR (Aka Papa geek) qui a eu son permis de conduire. Nous utilisions alors la voiture de sa mère. Une peugeot 205 que nous avions appelé la “LEGO MOBILE”. Elle était vieille et nous réservait bien des surprises sur la route, d’où son nom. Elle a fini par être vendue à quelqu’un qui voulait récupérer les pièces détachées pour une autre voiture. J’imagine qu’il avait besoin d’en récupérer beaucoup.

C’est avec cette voiture que nous avons débuté notre vie de jeunes adultes. J’ai une certaine nostalgie de cette époque, même si je suis bien heureuse de ne plus avoir à monter dans ce taco !

Fin 2004, c’était à mon tour de m’inscrire à l’auto école dans l’espoir de décrocher le fameux sésame pour la liberté. A l’été 2005 je décrochais mon code du 1er coup. Pour la conduite… Ce fut une autre histoire !

Permis de conduire : 1er passage (le piège)

En 2006, après 30 heures de conduite, je peux enfin passer l’examen pratique. Très stressée, je m’installe au volant et je fais un sans faute… jusqu’à ce que, à 50 mètres du parking de retour, l’examinateur qui avait une mine déçue affiche d’un coup un grand sourire et me dise “attendez, tournez à droite”.

Là, je me trouve devant un mini rond point pavé au sol avec un passage des plus étroit entre ce dernier et le trottoir. Bien sûr, je me dis “si je touche les pavés sur le rond au sol, c’est fini.” Donc, je fais très attention mais ma roue droite frôle le trottoir… L’examinateur, les yeux brillants me sort alors un “TROTTOIR ! Vous pouvez retourner sur le parking”.

Folle de rage, je me sens piégée mais je ne peux rien faire. Je vois le visage de mon moniteur d’auto école à l’arrière … Il me dira après que j’aurais du l’avoir. Que c’était un piège et que malheureusement parfois cela se passe ainsi. Avec le recul je me demande s’il n’y avait pas un recours…

Permis de conduire : 2ème passage (la catastrophe)

Nous sommes en 2009 quand je décide de repasser l’examen de conduite. A ce moment là, je suis sur le point de perdre mon code, je n’ai rien de plus à perdre. Je suis enceinte de 4 mois et nous sommes au mois de juillet. Il fait très chaud.

Je vois l’inspectrice arriver. On me dit que c’est son tout premier jour à ce poste et que je suis la 1ere à passer. Super ! Entre la chaleur, les hormones et le stress, je sens que ça va être un grand moment !

Je m’installe au volant. Mon fils décide que le moment est idéal pour une carioca in utero. Je démarre la voiture, la clim en marche … et je cale. ça commence bien ! Le point de patinage n’est pas pareil avec et sans clim ?

Hey, mais personne ne m’avait prévenue ! Je n’ai jamais conduit avec la clim !!

Je tente de calmer la panique qui s’empare de moi et je redémarre… et je recale. Je finis enfin par quitter le parking, mais la descente aux enfers commence. Les priorités à droite, les feux rouges, les stop… Tout y passe. Je suis terrorisée ! Bien évidemment, on ne termine pas l’examen et en 15 minutes nous voici de retour au parking. Inutile de dire que je sais que je ne l’ai pas. La directrice de l’auto école qui était avec moi a du aller s’excuser auprès de l’inspectrice en ces termes : “Je ne sais pas ce qu’elle a. Elle n’a jamais conduit comme ça avant!”.

Tu m’étonnes… Je suis stressée, enceinte, mon bébé fait la java dans mon ventre, l’inspectrice me fait peur, il fait une chaleur à mourir et c’est ma dernière chance…

Bon, ils ont été sympas. Vu le résultat, je crois que je me serais interdit de repasser le permis de conduire à vie.

2020 : on retente !

Evidemment, qui dit perte du code dit aussi budget conséquent pour tout repasser. Etant devenue maman, 2 fois, j’ai été bien occupée et financièrement le moment n’est jamais idéal mais là, il l’était encore moins.

Il y a quelques semaines, je me suis réinscrite sur un pack code pour commencer (et diluer les dépenses…). J’ai ne auto école en bas de chez moi qui proposait une offre tarif spécial avec 12 mois de codes et une tablette pour s’entraîner. J’en ai donc profité.

2020 sera donc consacrée à travailler mon code. Depuis 2005 bien des choses ont changées !

Et suivant le budget, on verra la conduite dans un 2 ème temps. Après tout, un éléphant se mange une couchée à la fois, non ?

Et vous, ça s’est passé comment votre permis de conduire ? Des anecdotes à partager ?

Rendez-vous sur Hellocoton !Google+

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

3 commentaires sur “2020 : année du permis de conduire ?”