L’ORL qui était atteint du complexe de psy raté…

Avez-vous déjà connu ces médecins qui ont une spécialité et se sentent obligés de faire des diagnostiques dans des domaines qu’ils devraient laisser à leurs confrères ? L’ORL que nous avons vu hier avec James faisait clairement partie de ces spécialistes atteints de “médecinite aiguë”.

Maman poule, maman cool ou Maman lionne, nous pouvons toutes passer par ces stades. Hier, je suis passée par le 3ème grâce au RDV chez l’ORL.

maman-lionne

J’avais pris RDV pour James car il avait eu des soucis d’Otites et un épisode de hurlements atroces en avion pendant les vacances. Je connais mon fils, il fait lutter avec lui pour savoir quand quelque chose ne va pas. Il préfère prendre sur lui plutôt que de se plaindre et s’il hurle, il ne le fait pas sans raison. Les cris qu’il a poussés dans l’avion nous ont retournés l’estomac. Il souffrait véritablement, c’est une évidence. Ayant eu peur pour ses tympans, nous avons préféré consulter.

1er RDV pour… Le jour de la rentrée !

J’avais pourtant noté dans mon agenda le RDV, je l’avais mis également sur mon agenda Google avec des rappels sur mon téléphone. Entre le stress de la rentrée en CP, celui de ma grossesse qui ne se passe pas au top du top (loin de là), j’ai fini la journée chez mes parents, oubliant totalement ce fichu RDV ! C’est quand ma belle-mère a appelé le soir pour savoir comment s’était passé le RDV chez L’ORL que j’ai compris…

Le sentiment de culpabilité très fort “Je suis vraiment une maman à ras des pâquerettes” passé et quelques heures d’autoflagellation plus tard, j’ai repris un RDV pour la semaine suivante. Cette fois, je ne passerais pas à côté !

L’attente et la rencontre improbable de L’ORL qui s’improvisait Psy

Après m’être énervée avec la sécu (on en parlera après aussi, ils méritent une médaille…), me voici donc avec mon fils dans la salle d’attente du médecin. Avec une demi heure de retard, on nous appelle enfin. Il est souriant, salue James et lui dit même “On est copains? Tu me fais un petit bisou?” Bon, pourquoi pas hein… Si ça peut mettre l’enfant en confiance…

Mais voilà, James est un petit garçon curieux, avide de découvrir le monde qui l’entoure. Il pose donc facilement des questions. La première fois qu’il entre dans un cabinet ORL, il découvre inévitablement des objets étranges et en particulier une petite pièce en verre dans laquelle est installée une chaise. Je lis dans ses pensée, il pense “tour de magie”, c’est sûr !

Grave erreur : “Docteur? A quoi elle sert cette grosse boite en verre?”. Au lieu de répondre à une question simple, ledit spécialiste reprend James d’un ton sec, lui ordonnant de se taire. Je reprend sereinement, expliquant à mon fils d’être gentil et d’attendre que maman et le docteur aient terminé de parler sans couper la parole, comme nous le lui avons appris.

Lors de l’examen ORL, les instruments étant froids, James a fait une grimace. Enrhumé, il a eu besoin de s’essuyer le nez… Qui n’en aurait pas fait autant ? “Ah Tu arrêtes de bouger hein ! Tu te tiens tranquille!”

Bon, je bouillonne, l’envie de lui coller un pain me démange et bébé dans mon ventre doit le sentir car il cogne aussi fort qu’il peut…Mais je me contiens. Quel exemple donnerais-je à mon fils ? Restons calme et remettons ce monsieur à sa place en douceur, mais fermement.

L’ORL revient à sa place pour me livrer son diagnostic :
Ce qui me frappe chez ce petit garçon, c’est qu’il a peur de tout” (C’est ça mon vieux, si tu savais comme tu peux te planter…)
Il se plaint facilement, comme là avec les instruments, à grimacer alors que ça ne fait pas mal
(Mon fils intervient “ça ne fait pas mal, mais c’était froid“, le médecin le sermonne” Tu te tais, je parle à maman !” )
Je ne suis pas psy, mais je pense qu’au delà de l’ORL, il y a quelque chose à traiter de suite avec James, avant que cela soit plus compliqué dans quelques années“. (En effet, t’es pas psy et moi qui suis sa mère depuis presque  6 ans, je suis bien placée pour te dire que ton diagnostic de M. Tu peux te le coller au C…)

Je respire, souris de la manière la plus hypocrite que je puisse avoir avec le regard le plus clair possible malgré tout (C’est simple, avec moi tout passe par le regard : la haine, comme l’amour. Inutile de te fier à autre chose, je ne peux rien cacher avec mes yeux…) : “Docteur, si j’avais voulu une analyse Psy, je serais aller voir un psy. Je suis venue consulter un ORL… Concentrons nous sur ce point

Un peu déstabilisé, il me donne enfin les conclusions de son examen. Rien de grave, les oreilles un peu congestionnées mais rien qui justifie qu’il hurle comme il l’a fait. “je pense que votre fils a simplement voulu attirer l’attention” (Recommence tes conneries, vas-y… S’il y a bien une chose que mon fils déteste, c’est les regards braqués sur lui lorsqu’il est en position de faiblesse et c’était clairement le cas)

Je l’ai remis de nouveau à sa place pour lui demander le traitement de mon fils sur le plan ORL et non psy. J’ai pris mon fils et je lui ai dit “j’espère que le docteur a bien vu ton dos, parce que c’est la dernière chose qu’il verra de toi.”

James n’a pas été perturbé, moi si. Et franchement énervée… Toutes les personnes que j’ai croisée sur mon chemin auront entendu mon avis sur le nouvel ORL du coin…

Et vous ? Vous avez eu à faire à des médecins de ce genre ? Racontez -moi ! 🙂

Rendez-vous sur Hellocoton !Google+

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

5 commentaires sur “L’ORL qui était atteint du complexe de psy raté…”