T’es où: pour savoir où sont tes enfants, tes clefs, pas ta tête…

Il y a ceux qui sont capables de marcher devant leurs enfants, plein de confiance, et il y a ceux qui ne supportent pas l’idée de ne pas les avoir en permanence dans leur champ de vision. Je fais partie de la seconde catégorie. “Trop stressée” me diront certains, “un drame arrive très vite” sera ma réponse.
Bien sûr j’arrive à laisser James à l’école, il sort avec son père, ses grands parents, je suis toujours confiante, mais je trouve rassurant de toujours pouvoir savoir où et avec qui il est, et j’ai encore quelques années devant moi avant qu’on me le reproche.

Comme tu le sais, ou du moins comme tu t’en doutes, j’adore les gadget et je suis d’autant plus intéressée par ceux qui sont utiles, ce qui est le cas du produit que je te présente aujourd’hui.

“T’es où ?”

Une phrase que l’on entend souvent. Si tu prêtes une oreille attentive aux gens qui t’entourent, tu constateras que tous ou presque débutent leurs conversations téléphoniques sur un smartphone par un “t’es où ?”.  Volonté de partager un instant de vie de celui que l’on appelle, inquiétude devant une attente trop longue ou simple curiosité, nombreux sont ceux qui prononcent ces mots. Nous voulons tous savoir où se trouvent les gens que l’on aime. Non pas pour les suivre à la trace, mais surtout pour pouvoir intervenir en cas de problème, et rapidement.

“T’es où” est également le nom d’une petite balise que j’ai pu tester ces derniers jours.

tesou

Un système pour retrouver ses proches et ses objets

Je t’accorde qu’il est plus facile de perdre son trousseau de clé que sa grand mère, mais admets que dans un cas comme dans l’autre, on est bien embêté !

Trêve de plaisanterie, que tu veuilles t’assurer que tes enfants sont bien rentrés de l’école, suivre à la trace ton chat qui s’est encore évadé ou que tu cherches tout bêtement tes clés, “T’es où” va te plaire !

Cette balise, ou “tracker” GPS enregistre tous les déplacement de celui qui la porte. Il suffit d’avoir un accès à l’interface de géolocalisation, depuis n’importe quel ordinateur, smartophone ou tablette, pour suivre les mouvements du porteur et le retrouver facilement.

Lorsque vous commandez votre tracker “t’es où”, il est prêt à l’emploi (c’est ainsi que je l’ai reçu). Il va néanmoins vous falloir entrer quelques renseignements sur votre interface afin de personnaliser votre balise.

Voici une petite vidéo très synthétique qui vous présentera mieux le produit qu’un long discours.

Mon avis

L’application est simple d’utilisation, l’ergonomie du site est bonne, on s’y retrouve facilement.  Pour ma part, quelques soucis au départ car l’application ne parvenait pas à trouver la balise…

Concernant l’interface de géolocalisation, tu y trouveras les numéros de téléphone et les mails reliés à ta balise. Tout changement demandera une validation (dans les 24h).

Le porteur de la balise sera géographiquement repérable grâce à un suivi sur une carte (Google Map possible en Streetview, ça a son côté sympa pour savoir dans quel environnement évolue son enfant.  Ma seule question est la suivante : comment faire en sorte d’être certaine que mon enfant a bien la balise sur lui ? Et je trouve utile de savoir aussi où il se trouve ado, mais la question du respect de la vie privée se pose encore et toujours… Éternel débat !

Côté connexion, je regrette le manque d’un Facebook connect qui est bien utile quand on a oublié ses identifiants (mon cas avec des identifiants de codes que je ne parvenais plus à retrouver :/. Heureusement, le service client est là pour me sauver la mise! Merci à Max ! :))

Je t’ai parlé de la balise, la semaine prochaine je te parle du stick !

Produit offert par la marque.

Rendez-vous sur Hellocoton !Google+

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 commentaires sur “T’es où: pour savoir où sont tes enfants, tes clefs, pas ta tête…”