Oedipe, quand tu nous tiens…

Quand ton enfant grandit, il y a des phases auxquelles tu ne peux pas échapper. Dans mon cas, je peux dire “Bonjour Oedipe!”. Bien que nous soyons loin du “sexy” de base, j’ai choisi ce thème pour participer aux mardis sexy de Maman Anonyme cette semaine.

Tout a commencé innocemment, il y a quelques mois, quand James s’est rendu compte que sa maman n’était pas faite comme lui. Jusque là, pas trop de soucis, cela restait dans la sphère privée et en dehors des moments où il me surprenait dans la douche ou entrain de m’habiller, tout allait bien. Mais voilà, mon fils est, ces derniers temps, totalement obsédé par une partie de l’anatomie féminine: “les bouings bouings”. Derrière ce mot fantasque sorti de l’imagination de son petit cerveau de 3 ans se cachent les seins, voir même plus large puisque les pectoraux masculins vus à “nu” ont aussi le droit à ce sobriquet. Bien évidemment, comme tu l’as deviné, il ne s’y intéresse pas autant qu’à ceux qui se voient beaucoup plus.

Quand la honte commence…

Au début, ça m’a fait rire, ce petit nom affectueux, puis les “problèmes” ont commencés. Il n’y a pas un jour où James ne vienne pas essayer de me toucher, ça le fait rire de faire “boing boing” dessus et il aime bien les utiliser comme oreiller. Jusque là, ça peut faire sourire.

Quand tu regardes un dessin animé et que ton fils te sort “Maman, elle est jolie la fille. Moi j’adore!” et que tu cherche à savoir pourquoi en toute innocence, là tu entends la phrase qui te cloue: “J’adore parce qu’elle a des gros bouings bouings et des grosses fesses“. Oui, non seulement il faut avoir des seins mais il faut aussi avoir des hanches larges et un derrière rebondi pour plaire à mon fils. Il s’agissait d’une prisonnière incarcérée dans la prison des frères Dalton mais Jessica Rabbit ferait tout aussi bien l’affaire. Il va falloir que je ressorte le DVD pour voir sa réaction…

Ma future belle fille? Faites-moi penser à ne jamais appeler James "mon lapin"...
Ma future belle-fille? Faites-moi penser à ne jamais appeler James “mon lapin”…

Là, déjà, tu t’inquiètes mais tu te dis “OUF, il n’y a que nous, ça va“. Puis, à l’école, une grande fille venue accompagner son petit frère attend sagement l’ouverture des portes en sautant à la corde… (Tu sens le problème arriver, hein?)
Tu as deviné : “Maman, je vais voir la fille! Quand elle saute on voit c’est “bouing bouing” qui sautent, c’est rigolo“. Évidemment, les mamans autour ne peuvent s’empêcher d’étouffer un rire et toi tu vires à la tomate en expliquant à ton fils le pourquoi du comment il ne faut pas dire ça comme ça…

Mélange ça au fait que, même quand tu reçois du monde, il faut l’empêcher de montrer les “bouing bouings” de maman aux copains et tu comprends que la situation devient plus complexe.

Pourtant, il n’y voit rien de mal et c’est normal. Cette étape participe à sa construction en tant qu’homme mais voir mon bébé s’ouvrir peu à peu à tout cela est étrange pour moi. Lui qui ne voulait toujours “que papa” se tourne enfin vers moi mais vous aurez deviné les raisons. Je prend le bon côté des choses, il veut me faire plein de bisous (il faut juste éviter la bouche…) et le soir il veut son moment câlin, la tête posée contre moi…

Il est intrigué par les femmes enceintes et se demandait comment le bébé arrive là-dedans. Nous avons le DVD “L’odyssée de la vie”. James étant amateur de documentaires quand le sujet l’intéresse, je lui ai montré avec des passages choisis ce qu’il se passe. Maintenant il sait que (attention, ce sont ces mots après visionnage): “Les petits poissons du papa ils vont dans le ventre de la maman en passant par le trou ( oui, les papas ont des zizis et les mamans des “trous. c’est sa propre déduction, je précise) et là, ya un oeuf. Un des poissons rentre dans l’oeuf et après “paf” c’est fermé. L’oeuf il roule, il roule, il roule dans le couloir du ventre de la maman et il tombe dans une grotte et le bébé il sort de l’oeuf et il se fabrique dans la grotte.” C’est pas mal, non?

Il ne m’a pas demandé comme les petits poissons du papa arrivent là. On a encore un peu de temps pour ça mais je crois que ses Legos vont trouver une nouvelle fonction pour expliquer les choses… 😉

Et toi, tes enfants, tu t’y fais aux prémices de leur sexualité?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Google+

9 commentaires sur “Oedipe, quand tu nous tiens…

  1. Ke-woua? encore 2/3 ans comme ça? Pitié, dis moi qu’ils arrêtent de poser ta poitrine en chef d’oeuvre auprès des copains avant ça, pitiééééééééééééééé LOL

  2. Ben…ça ne fait qu’un an que WonderBoy est “calmé” si j’ose dire (il a 8 ans). Et WonderKid qui aura 5 ans en décembre est encore super amoureux de mes “poitrines” lol

  3. Très intelligent James !!!!
    Je redoute cette période à expliquer la sexualité, je crois qu’il y a des livres très bien fait

  4. Bah moi je m’en sortirai plus vite que toi tranana lol et après c’est Monsieur qui se coltinera les yeux enamourés lol
    Oui y’a de bons livres comme celui pour les 5/8 ans sur comment on fait des bébés 😉 de Virginie Dumont il me semble

  5. le guide du zizi sexuel de titeuf tres bien fait ;)une amie qui l a utilisé pour son fils qui idem se posait bcp de question.

    Pour le moment j ai de la chance aucune de mes filles ne se pose vraiment la question. la plus grande de presque 6 ans sait bien la difference entre un garcon et une fille pour avoir surpris papa et maman sous la douche ( separement evidemment, la douche commune uniquement quand elles sont chez les grands parents 😉 )mais sinon pour le moment ca l interesse pas. et la petite est encore petite pas encore 2 ans et deja bien ancré dans la terrible phase du TWO YEARS OLD ! 🙁

    bon courage les filles.

  6. Heu… J’aurai bien aimé en sortir “plus vite” mais pour peu que nous ayons un deuxième garçon… Il va arriver à cette phase quand James en sortira. Pfffff (Je veux une fille!!! Sauf pour l’adolescence, là, bizarrement, un garçon ça me va TRES bien mdr)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *