30 ans, le début de la fin ?

Plus les jours passent et plus je sens un fossé se creuser avec une génération à laquelle je croyais pourtant ne pas être encore totalement étrangère : les jeunes.

Ok, j’ai 30 ans. Ok, mes 15 ans sont à la moitié de ma vie si je regarde en arrière et Ok, je suis plus proche du demi siècle que de ma première bougie mais … Je ne pense pas encore être “vieille”. Pourtant, plusieurs indicateurs pointent tout droit dans la direction site seniors (enfin, pour les sites de rencontre, j’espère ne pas devoir y mettre les pieds mais le reste…)

D’abord, mon reflet dans le miroir. Chaque matin, j’ai une pensée pour cette chère Florence Foresti en voyant ma tête au réveil “PAPA ?” (non, je ne me réveille pas avec de la barbe ou une moustache mais je vois clairement que je ressemble à mon père dans ces moments là.) Quelques petits creux apparaissent aux coins de mes yeux et de ma bouche -ah ? autant pour moi. On me dit que ça s’appelle des rides- et mes cheveux sont à présent colorés non seulement par coquetterie mais également pour dissimuler quelques traitres qui ont viré à l’argenté.

Ensuite, mon corps. Se lever ? Ok. Challenge accepted ! Le dos qui se bloque, la hanche qui fait mal après 2 pauvres kilomètres à marcher… Bref, “ils sont où mes antidouleurs ?” et “Quelqu’un peut me faire une petite verveine?” sont devenus deux de mes phrases favorites.

Quant au langage… Je pensais que parler français suffisait mais je crois bien que j’aurai du chercher un lycée avec “option djeuns du futur” en 3ème langue. Quand je passe à côté d’un collège ou d’un lycée, j’ai l’impression d’avoir passé la frontière et d’avoir atterri dans un pays étranger dont je n’ai jamais entendu parler la langue. Bon, à force, je commence à enregistrer le vocabulaire mais entendre des “swag” réveille en moi une envie de prendre celui qui prononce le mot pour lui encastrer la tête dans un arbre. Bref, j’ai viré “vieille conne”, je crois que c’est comme ça que ces p’tits cons jeunes m’appelleraient, moi, 30 ans, ni jeune, ni vieille.

Et, le pire, fréquenter l’un de ces jeunes… Impossible d’y échapper, on en fréquente tous de près ou de loin. En ce qui me concerne, je passe bien le bonjour à ma désormais grande puce A. qui se reconnaitra si elle vient lire ces lignes.

Dans le best of des phrases qui font mal:
– “Ah, mais t’es vieille!!” (un grand classique!)
– “Au cinéma, ça te coute combien la place sénior ?” (Non, pas dit pour pour plaisanter, elle croyait vraiment que Tata geek et moi achetions des places seniors)
– “Eh, ya une super nouvelle emission ! Mais tu dois pas connaitre: Une famille en or” (Explosion de rire devant cette innocence…)
– “Ouais, “kiffer”, mais tu peux pas connaitre, c’est du langage de djeuns”. (ok, Swag, on utilise pas, mais on a du gentiment lui expliquer que “kiffer”, on l’utilisait- enfin “on”, certains de notre génération- avant elle…)

Bon, en même temps quand je pense toujours à elle comme à un bébé ou que pour moi elle a toujours 12 ans et qu’elle m’annonce qu’elle sera majeure dans quelques mois… je me sens vieille.

Si vous voulez vous amuser : http://www.in20years.com
Si vous voulez vous amuser : http://www.in20years.co
Rendez-vous sur Hellocoton !
Google+