La cuillere 360°

Tous les parents se trouvent confrontés à un moment à cette terrible épreuve qu’est le repas de bébé. Dans sa quête d’autonomie, bébé veut manger seul (ou DOIT manger seul, selon les petits bouts ^^ ) et là, c’est le drame: purée sur la moquette, compote envoyée contre le mur ou sur le visage de maman (c’est tellement drôle, comprenons les!).

Depuis Mai 2011, Beaba répond à ce souci en innovant avec la cuillère 360°. Avec deux positions, cette cuillère permet dans un premier temps à l’enfant de tenir son ustensile sans en renverser le contenu. Un système de balancier permet à l’objet de trouver un équilibre naturel. Pour une version “2ème âge”, le manche se verrouille et vous obtenez alors une cuillère tout ce qu’il y a de plus normal.

Je n’ai pas pu tester l’objet mais je l’ai découvert ce matin dans une émission à la télé et je me suis dis que cela en intéresserait surement parmi vous. Pour ma part, James étant un véritable magicien, même avec le meilleur concept de cuillère possible, il trouverait encore le moyen d’en mettre à côté… Mais si Beaba veut que je teste pour prouver la véritable utilité de leur cuillère, je peux …

Rendez-vous sur Hellocoton !
Google+

6 responses to “La cuillere 360°

  1. mamanbavarde

    Je l’attends dans le magasin de puericulture à côté de chez moi depuis mai…je vais faire un tour régulièrement, mais ils ne l’ont toujours pas…moi aussi j’veux bien la tester!!!!

  2. lexou

    Tout comme maman bavarde, impossible de l’a trouver, j’irais peut être demain dans la boutique d’Opéra, mais en tout cas c’est pas mal du tout comme idée!!

  3. Maman Geek Post author

    oui, il faut attendre encore un peu je pense :). Je suis quand meme bien curieuse, je reste convaincue que mon fils arriverait a la renverser 😉

  4. PurpleNessa

    Cette cuiller avait été présentée dans un reportage d’Envoyé Spécial et le concepteur avait été honnête ; après avoir fait la démo “attendue”, il avait répondu au journaliste qui lui demandait ce que ferait vraiment un bébé avec, en l’attrapant autrement et en la balançant dans tous les sens.
    Essayer, pourquoi pas, mais pour ma part je ne l’achèterais pas 😉

  5. Diego

    Le Paraguay en 5 minutes de l’encyclope9diatrie :Le pre9sident en ecrixece est un e9veaque catholique, ancien missionnaire du Verbe Divin, charge qu’il abandonne pour assurer la pre9sidence d’un e9tat laefc, depuis avril 2008.De l’he9te9roptopie, selon M. Foucault : Je pense aussi e0 ces extraordinaires colonies de je9suites qui ont e9te9 fonde9es en Ame9rique du Sud : colonies merveilleuses, absolument re9gle9es, dans lesquelles la perfection humaine e9tait effectivement accomplie. Les je9suites du Paraguay avaient e9tabli des colonies dans lesquelles l’existence e9tait re9gle9e en chacun de ses points. Le village e9tait re9parti selon une disposition rigoureuse autour d’une place rectangulaire au fond de laquelle il y avait l’e9glise; sur un cf4te9, le colle8ge, de l’autre, le cimetie8re, et puis, en face de l’e9glise, s’ouvrait une avenue qu’une autre venait croiser e0 angle droit; les familles avaient chacune leur petite cabane le long de ces deux axes, et ainsi se retrouvait exactement reproduit le signe du Christ. La chre9tiente9 marquait ainsi de son signe fondamental l’espace et la ge9ographie du monde ame9ricain.La vie quotidienne des individus e9tait re9gle9e non pas au sifflet, mais e0 la cloche. Le re9veil e9tait fixe9 pour tout le monde e0 la meame heure, le travail commene7ait pour tout le monde e0 la meame heure; les repas e0 midi et e0 cinq heures; puis on se couchait, et e0 minuit il y avait ce qu’on appelait le re9veil conjugal, c’est-e0-dire que, la cloche du couvent sonnant, chacun accomplissait son devoir.Maisons closes et colonies, ce sont deux types extreames de l’he9te9rotopie, et si l’on songe, apre8s tout, que le bateau, c’est un morceau flottant d’espace, un lieu sans lieu, qui vit par lui-meame, qui- est ferme9 sur soi et qui est livre9 en meame temps e0 l’infini de la mer et qui, de port en port, de borde9e en borde9e, de maison close en maison close, va jusqu’aux colonies chercher ce qu’elles rece8lent de plus pre9cieux en leurs jardins, vous comprenez pourquoi le bateau a e9te9 pour notre civilisation, depuis le XVIe sie8cle jusqu’e0 nos jours, e0 la fois non seulement, bien sfbr, le plus grand instrument de de9veloppement e9conomique (ce n’est pas de cela que je parle aujourd’hui), mais la plus grande re9serve d’imagination. Le navire, c’est l’he9te9rotopie par excellence. Dans les civilisations sans bateaux les reaves se tarissent, l’espionnage y remplace l’aventure, et la police, les corsaires. Et alors Diagnostic, e7a vous branche de prendre le be2t tf4t ?Espana, Le nazarillo n’est plus e0 une saloperie pre8s, quand il se le2che.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *