Mettre au monde son enfant… Le problème du respect de la future maman.

Lorsque je suis tombée enceinte de James, je me suis inscrite dans une maternité de niveau 3. J’avais perdu mon premier bébé, ma grossesse devait être surveillée très tôt pour éviter un risque de récidive donc mon dossier est passé sans souci. Pourtant, depuis quelques années, je pensais accoucher dans la petite clinique ou je suis née. De plus, on me martelait que l’hôpital c’est l’usine, que nous sommes juste des numéros, que mon accouchement allait être sur médicalisé, que le personnel allait être sur mon dos sans cesse.

Au final, suivi de grossesse très peu personnalisé, ça ne me gêne pas. Seul les retards réguliers m’ont bien pesé (oui on se demande toujours “ai-je le temps d’aller au petit coin avant mon tour ?”).

Le jour J, je vais vous raconter comment cela s’est passé pour moi et vous allez voir que pour ma part tout ce que l’on m’avait dit était faux.

J’ai donné naissance à James le 5 novembre 2009. Le 4 novembre au matin, j’ai quelques contractions. Irrégulières mais parfois assez fortes pour que je me dise que ça n’allait plus tarder. je refuse d’aller au cinéma avec ma sœur et mon père et rentre prendre deux spasfon. La journée se passera sur le meme modèle, contraction toutes les 5 à 10 minutes, maximum 15 minutes entre chaque.
Le 5 novembre vers 2h du matin, une grosse douleur me réveille. Je me lève et vais au salon pour ne pas réveiller papa geek. Les spasfon ne changent rien, la douleur reste présente. Je me recouche et essaie de me rendormir. je n’y arrive pas, toutes les 5 à 7 minutes je m’accroche à mon drap le temps que la contraction passe; Je tente de bien respirer. Vers 4h30 je ne tiens plus, je réveille papa geek. Le pauvre qui n’est pas du tout un être de la nuit a beaucoup de mal à émerger et me dit “Bon on va voir comment ça passe pour voir si tu préfères que je reste a la maison aujourd’hui ou si je vais au travail”. Là, la moutarde me monte au nez il n’a pas compris ? ” Ah non, que ce soit le jour J ou pas TU RESTES !”. Gentiment il m’installe le tabouret en plastique sous le jet de la douche (en must a avoir en fin de grossesse pour s’assoir dans la douche et pouvoir se relever sans jouer à la baleine échouée dans le fond de la baignoire). L’eau chaude dans le bas du dos me soulage, moi qui aie toutes les contractions aux reins.

Vers 6h30, papa geek appelle la maternité, les contractions sont maintenant toutes les 2 à 3 minutes et assez régulières depuis une bonne vingtaines de minutes. On prépare nos affaires avec une petite émotion. Est-ce aujourd’hui que nous allons rencontrer notre premier enfant ? Que le début de la vie à 3 va débuter ?
Nous voilà à la maternité. Vers 7h30 on appelle mes parents pour les prévenir. Mon père ne tardera pas a nous rejoindre. Il passera la journée dans l’hôpital. Une sage femme m’examine et m’annonce fièrement qu’ils me gardent que le travail a débuté ! Je suis ravie, je pense etre bien avancée vu les contractions depuis la veille mais elle me dit “vous êtes à 1!”. Là, j’ai peur ! 😉

On me fait un monitoring tout va bien. C’est stressant de voir ce graphique. J’ai toujours la sensation que le cœur déraille à tout moment mais non tout va bien OUF. On vient me poser le garde veine. Il faut croire que je suis plus stressée que ce que je pense, 15 de tension et j’éjecte l’aiguille à 3mètre dans une belle giclée de sang sur la blouse de l’infirmière. Bien fait, elle m’était antipathique :p

La matinée se passe tranquillement, on me demande d’aller me promener dans l’hôpital pour aider James à descendre. J’accompagne donc papa geek et mon père dans les couloirs pour une balade. Je gère mes contractions au son de leur conversation sur windows 7. C’est peut-être pour ça que James est un bébé geek ? Le pauvre entendait ça alors qu’il se préparait à sortir !
Nous voilà vers 11h, on me propose une chambre avec ballon et Jacuzzi (la classe hein ?!). Bon … Le jacuzzi était cassé, j’ai juste eu un bon bain. Quel bonheur !. On m’examine: je suis à 2 1/2 ! Dites moi que je rêve! Là je me dis que sans la péridurale, non ! Pourtant, j’en ai une peur bleue !
Vu que le travail progresse assez lentement et que je commence a avoir assez mal, je fatigue. On me propose de poser la péridurale dans la demi heure. j’accepte. La sage femme part chercher mon sauveur.

Me voilà seule, sans papa geek et avec l’anesthésiste et sa grande aiguille. Je tremble sous l’effet de la peur. Après une petite sensation désagréable due à l’anesthésie locale, la péridurale est posée sans que je ne sente quoi que ce soit. Je m’allonge et on me positionne de telle sorte que James puisse descendre plus aisément et papa geek me rejoins enfin. La sage femme baisse la lumière et nous laisse en amoureux nous reposer et nous préparer à l’arrivée de notre fils. Elle passe de temps à autre vérifier que tout va bien. Tout est parfait ! Nous sommes seuls sans personnel, au calme et je n’ai plus mal. Quel bonheur !

Vers 18h, la sage femme revient et nous annonce que je suis enfin à 10 ! On va laisser 2h à James pour descendre gentiment, calmement sans le bousculer. En attendant je vois que l’on prépare ses affaires. J’ai envie de pleurer de voir ce minuscule bracelet qui sera dans si peu de temps au poignet de mon bébé. J’ai hâte de le voir et en même temps j’ai peur. Rien n’est fini même si nous touchons au but.


20h, la salle se remplit d’un coup ! Je n’avais pas vu tant de monde depuis mon arrivée le matin dans la salle d’attente ! On m’aide à me positionner. J’ai la jambe gauche totalement endormie, ce qui me vaut un bon fou rire vu le ridicule de la situation.

On me demande de pousser, ça y est, dernière ligne droite! Accroche toi mon bébé, on va y arriver ! Je ne pousse que 4 ou 5 fois quand la sage femme me dit “arrêtez de pousser, il sort tout seul !”. Le voilà, mon fils, James.

Premier choc, il me parait si petit ! On m’avait annoncé un gros bébé ! 3.320kg pour moi c’est correct ! On me dit “mais regardez le qu’il est mignon!” Heu… vous avez vu sa tronche ? Faut être honnête deux secondes, il a eu une bouille a croquer le jour suivant mais à la sortie, il y a des traces de la naissance quand même ! Je suis sa maman, je l’adore mais je suis quand même objective. Il a des jours avec et des jours sans, comme tout un chacun.

Bref, on le met en couveuse car sa température est basse. Pour le moment tout va bien avec la naissance de James. Là ou c’est moins agréable c’est quand on m’annonce que j’ai une petite déchirure et qu’il va falloir faire 3 points. J’accepte qu’une étudiante les fasse. Il faut bien qu’elle apprenne. Horreur ! Je n’aurai jamais du accepter! Elle était gauchère et n’avait pas l’air très douée… 1h30 pour 3 points, avec l’effet de la péridurale qui partait de plus en plus… Sur la fin, je sentais quand même super bien. il y a plus agréable comme sensation.

L’équipe me donne un biberon pour James car j’ai fais un diabète gestationnel et donc il lui faut un complément. C’est mon plus gros reproche pour eux. Ils auraient du laisser James trouver le sein d’abord ! Je ne supporte plus cette photo ou je donne son premier biberon à James. Cette rencontre avec la tétine a signé l’arrêt de mort de mon allaitement. Maintenant je saurai comment faire, mais là j’étais mal renseignée et il faut croire que l’équipe médical n’est pas au point niveau allaitement !

Mais quand j’entends des amies me raconter leurs accouchement… J’ai le sentiment qu’elles n’ont pas été traitée avec le respect qui leur était nécessaire pour traverser cette journée si importante de leurs vies. l’une d’elle m’a même dit avoir eu le sentiment d’avoir été une jument, je vous laisse imaginer la chose ! Alors ne faisons pas de généralité, parfois ça se passe bien, parfois non. Pour ma part j’espère bien retourner là ou James est né. Mais je les préviendrai pour le coup des points avec l’étudiante… pas deux fois ! Sinon, je signe pour le MÊME accouchement une seconde fois ! que du bonheur !

Rendez-vous sur Hellocoton !
Google+

4 responses to “Mettre au monde son enfant… Le problème du respect de la future maman.

  1. gaelle

    alors comme tu le sais, j’ai eu quasi le meme accouchement
    donc comme toi je re signe de suite pour le meme accouchement pour le prochain bébé…
    Et j’ai une amie qui a accouché dans la meme mat’ que moi, mais pas du meme coté et donc avec une équipe différente, ben elle ca n’a pas été du tout la meme chose, comme quoi, ca peut etre différent dans la meme mat’

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *