Jusqu’à quel âge nos enfants doivent-ils croire au Père Noël ?

Si la méthode Montessori est l’une des rares pédagogies qui prônent la limitation des éléments imaginaires chez l’enfant, donc par extension du père Noël, la plupart des parents aiment entretenir ce mythe. Moi aussi…
Pourtant, comme toute bonne chose a une fin, à un moment ou un autre, il faudra mettre dans la confidence votre enfant. Quand ? Comment ? Explications.

Pourquoi l’âge de raison est le bon moment

Si l’on se fie à la psychologie freudienne et aux différentes étapes du développement affectif de l’enfant, le meilleur moment pour annoncer à son enfant que le père Noël n’existe pas serait lors de son entrée au CP, à la fin de la phase œdipienne. En effet, vers 6-7 ans l’enfant est plus ouvert au monde, développe un raisonnement logique et aussi se sociabilise. D’ailleurs, selon une étude, les petits Français cessent de croire au père Noël en moyenne à 6 ans et 8 mois. Si l’on compare ce chiffre à la génération des parents, c’est près d’un an plus tôt que les enfants apprennent la nouvelle. Internet y est certainement pour beaucoup ! Aussi, ce chiffre n’est pas le même selon les pays. Aux États-Unis et au Canada, les enfants croient au père Noël jusqu’à 7 ans et plus.

Une annonce angoissante pour les parents

La plupart des parents angoissent à l’idée d’annoncer à leur enfant que le père Noël n’existe pas. Sentiment de culpabilité face à ce « doux mensonge », peur de décevoir ou de rompre la magie de Noël, nombreuses sont les raisons qui poussent à garder le secret. Rassurez-vous : premièrement, il y a des chances pour que votre enfant soit déjà au courant que ce soit par les dires d’un ami, de la fratrie ou par déduction logique. Vous l’avez peut-être
remarqué, plus l’enfant grandit, plus il pose des questions « techniques » sur le père Noël et son mode de distribution des cadeaux. Parfois même, il émet des doutes quant à son existence. Deuxièmement, sachez que dire à son enfant que le père Noël n’existe pas ne va ni le briser psychologiquement ni détruire la magie de Noël. L’enfant est conditionné et prêt à vivre ce que Freud appelle l’expérience de la réalité. Un passage obligé dans la vie de tous !

Et si le père Noël était avant tout une histoire de valeurs ?

Pour le lui annoncer en douleur, rien de plus naturel. Il suffit d’amener le sujet avec du tact en le questionnant sur ce qu’il pense du père Noël. Ensuite, évoquer avec lui la tradition de Noël et toutes les valeurs qui en découlent, notamment le partage et la générosité. Si ce sont les amis et les parents qui endossent le rôle de père Noël en distribuant les cadeaux, l’enfant peut à son tour le devenir. Cette transition permet non seulement de le responsabiliser, mais aussi de lui inculquer une certaine morale. Certains parents choisissent la lecture pour faire passer le message. Des livres comme La magie de Noël : Un beau secret ou encore Le bouton rouge (livre audio) sont d’un excellent secours pour tous ceux qui angoissent à l’idée de dire à leur enfant que le père Noël n’existe pas.

Rendez-vous sur Hellocoton !Google+

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.