A l’origine d’une nouvelle vie, A l’origine d’un monde qui change ?

Ce sujet peut faire rire, mais c’est un sujet sérieux que je voudrais aborder aujourd’hui !

Tout d’abord, je vous invite à regarder cette vidéo qui m’a touchée pour les raisons que je vous explique juste après :



Vidéo Sponsorisée

Reste-t-on nous même une fois “habitée” ?

Bien sûr, être enceinte signifie forcément que l’on change, ne serait-ce que physiquement. Pourtant, je constate que d’autres phénomènes se produisent. Des phénomènes plus “internes” qui modifient le cerveau ou la santé de la maman et qui resurgissent parfois ensuite chez l’enfant, une fois né.

Un exemple concret que je n’ai pas à chercher bien loin : ma grand-mère n’avait jamais fait d’asthme, mais enceinte de mon père, elle en a fait et a été très malade. A la naissance, plus de crises d’asthme pour elle… En revanche, mon père n’a pas eu de chance et s’est révélé être asthmatique sous une forme très grave (à en croire les médecins à l’époque, il n’aurait jamais du atteindre l’âge de 5 ans…).
Sur un plan moins “dramatique”, mon autre grand mère qui déteste la bière n’avait envie que de ça quand elle attendait mon oncle… Aujourd’hui, je dois avouer que mon oncle est l’un des plus grands amateurs de bière que je connaisse (sans pousser à l’excès, entendons-nous bien!).

Pour mon fils, j’avais envie de sashimi (alors que je n’avais jamais goûté avant de tomber enceinte, j’ai attendu qu’il naisse pour découvrir que j’adorais ça !). Pour l’instant… Nous n’avons pas encore franchi le cap de lui faire goûter. Les brochettes, ça suffit pour lui mais peut-être qu’il aimera ça plus tard… Toujours est-il que cette envie ne m’est pas passée à la naissance, donc cet exemple ne ressemble pas aux deux précédents finalement, mais j’avais envie de partager :p.

ça, c'est nous en 2009...
ça, c’est nous en 2009…

Pour cette grossesse, je crois que je suis en train de fabriquer un petit végétarien écolo… Je dois me forcer pour manger de la viande. En temps normal, j’adore ça ! Mais là, je la mange parce que je ne sais pas faire sans… et sans plaisir. Je pense à tout ce qu’il y a avant que cette viande ne soit justement “un morceau de viande”. Comment cet animal a-t-il vécu ? Dans quelles conditions a-t-il été abattu ?
J’angoisse en pensant à tous les pesticides, tous les conservateurs et toutes les autres saloperies auxquelles on ne peut échapper que difficilement à l’heure actuelle quand on fait ses courses. Et bien sûr, sur l’impact que cela va avoir sur la santé des miens mais aussi sur la planète.

Existe-t-il de véritables solutions ?

Alors je cherche des fermes qui travaillent dans le respect de l’animal, avec une nourriture sans OGM, où les bêtes ne sont pas en batteries mais avec un minimum d’espace pour vivre autant que cela est possible… Je cherche le Bio au maximum mais même là, quelles sont les garanties ? Du bio emballé dans du plastique est-il réellement sain ?

Au delà de ça, je regarde beaucoup de documentaires et de reportages sur les endroits de ce monde où les problèmes se font sentir au quotidien. Nous avons tous des problèmes, plus ou moins graves, mais dès que cela nous touche nous les percevons inévitablement comme des montagnes insurmontables… Alors qu’en considérant d’autres personnes dans le monde, nous ne devrions certainement pas nous plaindre…

Je suis sensible à cela et je me rends compte que je n’ai pas suffisamment sensibilisé mon fils à ces problèmes. Son plus gros problème est d’avoir envie d’un nouveau jouet. Je dois avouer que, même si c’est normal et de son âge, cette course au “toujours plus” m’agace de plus en plus…

Nous sommes formatés par une société qui nous pousse à croire que nous ne sommes heureux qu’en consommant toujours plus et qui nous rend aveugle à l’essentiel. Bien sûr, j’ai grandi aussi dans cette société et je suis la première à aller faire du shopping quand cela ne va pas, mais je sais bien que ce n’est pas la solution à terme !

Je sais que certains se battent et proposent des initiatives pour changer ce qui ne va pas dans ce monde. C’est le cas de la fondation Nicolas Hulot avec My positive impact ( la vidéo en haut de ce billet) ! Trop de monde autour de moi pense encore que chaque action individuel n’a pas la force pour changer les choses et que sa voix ne fera pas la différence…  Dans ces cas je pense toujours qu’il faut plusieurs gouttes pour faire un océan et plusieurs grains de sable pour faire une plage (ça se sent que je rêve de vacances à la mer là ? ;)).

Nous sommes tous une occasion de faire la différence. Chaque pas compte !

Et vous, ça se passe comment chez vous ? Vous vivez tranquillement votre vie ou vous avez changé des choses dans votre vie en pensant à améliorer le futur des générations qui nous succéderont ?

Rendez-vous sur Hellocoton !Google+

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Commentaire sur “A l’origine d’une nouvelle vie, A l’origine d’un monde qui change ?”