Monstres Academy : les enfants vont hurler… de rire !

La semaine dernière, James, tata geek et moi avons assisté à la projection de Monstres Academy. Fans de Monstres et compagnie, nous avions un doute sur la réussite d’une suite mais nos craintes ont rapidement été dissipées (avec une petite réserve pour moi dont je vous parle en deuxième partie de cet article).

Les monstres n’ont pas toujours été ceux que nous avons connus au cinéma (ou sous notre lit quand nous étions petits). Enfant, ils ont eu des rêves qu’ils ont tenté de réaliser dès leur entrée dans l’âge adulte en intégrant une université. Dans le cadre de Bob Razowski, c’était de devenir une terreur d’élite. Avec sa bouille rigolote, ce n’était pas gagné.

Même quand il n’était qu’un tout petit monstre, Bob Razowski rêvait déjà de devenir une Terreur. Aujourd’hui, il est enfin en première année à la prestigieuse université Monstres Academy, où sont formées les meilleures Terreurs. Son plan de carrière bien préparé est pourtant menacé par sa rencontre avec James P. Sullivan, dit Sulli, un vrai crack qui a un don naturel pour Terrifier. Aveuglés par leur désir de se prouver l’un à l’autre qu’ils sont imbattables, tous deux finissent par se faire renvoyer de l’université. Pire encore : ils se rendent compte que s’ils veulent que les choses aient une chance de rentrer dans l’ordre, ils vont devoir travailler ensemble, et avec un petit groupe de monstres bizarres et mal assortis…

 

Mon avis :

J’ai eu quelques craintes sur la conclusion que pourraient tirer les spectateurs les plus âgés devant ce dessin animé. Bob a un rêve mais son physique apparaissait comme un obstacle. Au final, avec beaucoup de travail, il semble parvenir à approcher de son but avant de finalement se rendre à l’évidence : il ne sera jamais une terreur (non, je ne spoile pas, on a tous vu Monstres et Compagnie, on sait que ce n’est pas son métier). Est-ce là le fin mot de l’histoire ? Non, vous ne pouvez pas réaliser tout ce que vous voudrez, apprenez à être réalistes ? Certes, un singe grimpera toujours mieux à un arbre qu’un éléphant, mais j’aime cette idée que, enfant, tous les rêves sont possibles, pour peu que l’on s’en donne les moyens. Ce point m’a un peu déçue, je l’admets. Trop de réalité, pas assez de rêve.

 « Monstres Academy m’a rappelé ma propre jeunesse, cet âge où l’on devient adulte, où l’on apprend à se connaitre et où l’on réalise qu’on n’est pas forcément doué pour tout. On essuie des échecs pour la première fois, que ce soit au sein de l’univers impitoyable de l’université ou ailleurs » déclare le réalisateur Dan Scanlon.

On va dire que les plus jeunes ne verront pas cette philosophie démoralisatrice alors et que les plus grands seulement en tiendront compte. Pour ma part je garde en tête une chanson que me chantait ma maman quand j’étais petite:
« Je ne dis pas, « je ne peux pas, je n’y arriverais pas »
Je dis « on verra », et j’avance à petits pas »
(en cherchant une vidéo,je découvre qu’il s’agirait d’une chanson de Bourriquet. Moi qui ait toujours détesté Winnie, pas étonnant que je n’ai pas remarqué la référence ! maman, il va falloir qu’on parle! ;))

Je préfère encourager et dire à mon fils que tout est possible. La vie lui mettra des claques ? Peut-être… mais peut-être réussira-t-il aussi à réaliser ses rêves ! Partons optimistes, pour nos enfants ! Sinon, disons que quand une porte se ferme, une autre s’ouvre 😉

En revanche, GROS bon point pour Monstres Academy côté humour ! Si Monstres et Compagnie m’avait déjà beaucoup fait rire, Monstres Academy a battu le record ! Les personnages sont toujours très attachants (même si on peut détester Sully assez rapidement au début du film) et les situations souvent hilarantes.

monstres-academy

Il est beau mon petit étudiant, non ?

Rejoignez la Monstres Academy, devenez des terreurs !

Avant le grand retour au cinéma de Bob et Sully le 10 juillet prochain, vous pouvez retrouver les personnages en magasin (pour le plus grand plaisir des enfants ( moins du porte monnaie parental mais je vous assure qu’il y a de quoi craquer ! Je ne vous dis qu’un mot: foncez voir le cochon ! Rire assuré!)

Dès le début du mois de juillet et tout l’été, les enfants qui passent par l’une des boutiques Disney Store de France auront la possibilité de tester leur aptitude à faire peur et pourront peut-être entrer à la Monstres Academy. Au programme: des tests de rugissements, de cris et de grimaces en tout genres avec, à la clé,la remise du diplôme d’étudiant de la peur ». James a déjà reçu le sien, et vous ?

diplome-terreur-monstres-academy

Rendez-vous sur Hellocoton !
Google+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *