Pavé dans la mare : l’avortement

Depuis peu je vois défiler les articles sur l’avortement de « confort » sur des blogs que je suis. Si je suis pour ce droit dans certaines circonstances, je n’arrive pas à digérer certains choix.

Au risque de choquer, tant pis! Pour que vous compreniez mon point de vue, pour moi dès la 1ere seconde de sa conception, l’embryon est à mes yeux un être vivant au même titre d’un enfant déjà né. Lorsque j’ai fais ma grossesse extra utérine la phrase qui m’a le plus blessée a été celle de ma mère « c’était que des cellules ». NON, pas pour moi ! Pour moi, dès que j’ai vu le mot « enceinte » apparaitre sur le test, c’était ce bébé qui prenait vie dans mon corps et dans ma tête. Mon cerveau le projetait déjà dans mes bras!

Alors je conçois que le droit à l’avortement soit un réel plus dans certains cas, en revanche le terme « avortement de confort » est vraiment pas choisi pour à mon avis 99% des cas! Par exemple : Une femme se fait violer et tombe enceinte, je comprends. Une adolescente tombe enceinte, je peux accepter à condition que ce soit SON choix et non celle de ses parents évidemment! Il y a énormément de cas ou je peux comprendre. Il s’agit en revanche toujours de situations ou l’enfant à venir va souffrir de la situation si les parents décident de le garder malgré des circonstances peu favorables. Bien sûr, si ces mêmes personnes décident de garder ce bébé, je les soutiens tout autant car une vie reste une vie.

Par contre, là où ma réaction est épidermique c’est quand l’avortement de confort en est vraiment un. Je ne parle pas de l’intervention et je ne dis pas que les femmes dont je vais parler là utilisent l’avortement comme moyen de contraception, ne vous méprenez pas ! MAIS Des couples dont la femme tombe enceinte, qui ont une bonne situation, la place pour cet enfant et qui disent « non c’est pas le moment, j’ai envie de voyager » ( par exemple), là je ne digère pas !

Tant de femmes se bousculent dans des centres de PMA, rêvent de ce bébé…Je pense à toutes ces femmes qui ont perdu un enfant alors qu’il était déjà presque dans leurs bras… Et à côté de cela certains se permettent de jouer avec le feu, se brûlent et décident tout simplement de se débarrasser d’une vie parce que cet enfant sera une gêne dans le quotidien ?

Au risque de me répéter, je ne condamne ici que les femmes qui choisissent l’avortement comme solution de facilité suite à des accidents alors qu’elles avaient tout pour accueillir ce bébé avec leur conjoint. Je ne nie pas la douleur physique et moral d’un tel acte chez toutes les autres…Je les soutiens même si je trouve la situation bien triste, je conçois que parfois c’est le cœur lourd que ce choix doit être fait.

Ne me dites pas que personne n’avorte par facilité, j’ai eu l’occasion d’en croiser lorsque j’attendais pour aller au bloc et qu’on allait me retirer MON bébé en urgence…

Désolée si mon avis gêne certaines personnes mais il fallait que ça sorte ! je vous invite d’ailleurs à regarder cette vidéo d’une jeune femme qui a survécu à un avortement salin en tant que bébé et qui en parle… personnellement j’en ai eu les larmes aux yeux (A toutes celles qui ont subit un avortement pour des raisons justifiées et qui n’avaient pas les pleins moyens d’accueillir cet enfant, évitez de vous faire du mal, les paroles peuvent vous blesser, ce n’est pas mon but du tout, je ne souhaite surtout pas vous culpabiliser !)

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Google+

31 responses to “Pavé dans la mare : l’avortement

  1. Maman Geek Post author

    Il reste l’adoption… Comme je disais, les seules que je condamne sont celles qui font un choix égoiste et qui pense uniquement à elles (par exemple parce qu’elles veulent voyager alors qu’a coté de ça elles sont en couple, que tout va bien, qu’elles ont prévu d’avoir des enfants mais qu’il arrive « au mauvais moment ». Bien sûr qu’après il faut passer sa vie à les élever je suis d’accord mais mon sentiment est vraiment ambivalent sur ce point. A mes yeux une vie est une vie et n’a pas a etre sacrifiée juste pour quelques mois de « report » de maternité pour pouvoir voyager par exemple.
    Après les femmes qui ne se sentent pas pretes a etre maman, c’est autre chose meme si je trouve la situation tout aussi triste. celles qui veulent l’etre prochainement et qui ont TOUT pour accueillir cet enfant et font le choix de faire passer leur train train quotidien avant cet enfant qui est pourtant désiré mais pour « plus tard », désolée, j’ n’arrive pas à digérer :/

  2. maman déménage

    Très bel article. Je suis également contre l’avortement sauf l’avortement thérapeutique ou en cas de viol.
    Comme tu dis, il y a l’adoption, cela me parait la meilleure solution. Il y a tant de couples qui ont du mal à avoir des enfants.
    J’ai failli perdre mes jumeaux quand j’étais enceinte alors, c’est dur de comprendre qu’on puisse vouloir perdre son bébé par choix. Car pour moi dès la conception, c’est un bébé.

    Ce qui m’a mise hors de moi c’est une collègue en couple 25 ans qui disait qu’elle avorterait si elle était enceinte car c’était trop tôt.

  3. Maman Geek Post author

    maman déménage, pour ta collègue si c’est juste parce que c’est « trop tot » mais que tout est ok dans son couple et qu’ils ont les moyens d’accueillir cet enfant elle fait partie des femmes que je n’arriverai jamais à comprendre…

    Milie, malheureusement, j’étais sur une civière, la perfusion au bras, les yeux remplis de larme a me dire qu’on allait m’arracher MON bébé quand j’entendais a coté de moi deux femmes discuter et tenir des propos tels que ceux que je mentionne ici… « Bah non j’ai avoté, on a prévu 3 voyages sur les 2 ans à venir, on va quand meme pas annuler pour une connerie », ça me fiche hors de moi ! Je ne dis pas que c’est la majorité! je dis juste que c’est cette infime partie de personne qui avortent qui me révulsent…

  4. Agnes

    Je partage ton point de vue
    Je suis révoltée aussi par l’avortement parce que le sexe ne convenait pas (ça se Pratique beaucoup en angleterre)

  5. Lory

    J’avais envie de commenter, mais en fait non, ça serait trop long. Simplement, ça ne te vise pas personnellement Sandra, tu sais que je t’adore, je suis d’accord avec toi qu’un avortement par simple convenance est écoeurant, je suis aussi triste que toi de voir que certains avortent pour une question de sexe ou de vacances, mais évitez les phrases bateaux « y a l’adoption », « ils auraient pu » et compagnie, c’est tellement plus compliqué quand on est devant ce choix la! Et faire des enfants pour remonter dans l’estime des autres n’aidera de toute maniere pas les femmes stériles à avoir des enfants …

  6. Maman Geek

    oui, je suis d’accord. j’ai fais la réponse de l’adoption un peu en l’air mais il est certain que c’est compliqué quand tu dois faire une IVG et que ça te pose un cas de conscience. Comme je disais c’est plus celles qui considèrent que cet enfant est une « connerie » (termes que j’ai entendu a l’hopital entre 2 filles qui venaient d’avorter… Ces femmes qui prennent l’avortement par dessus la jambe, je ne les comprends pas… Et je sais qu’elles existent parce que j’en ai croisées meme si (Dieu merci), c’est une toute petite minorité mais c’est une minorité qui me tape profondément sur les nerfs…

  7. gaelle

    la video est juste géniale, elle m’a fichu la chair de cocotte, et puis elle a une facon de parler hyper respectueuse je trouve et trés touchante ! et puis ton article sandra c’est exactement ce que je pense

  8. mamananonyme

    Ton point de vu est emotinel et ça, c’est tout à fait respéctable.

    Si toi tu considères que le foetus est un bébé dès la conception, forcement, tout un tas de cas d’avortements vont te paraitre injustifié.

    Par ex, typiquement, moi. J’ai la trentaine passée de très peu, chéri 3 ans de plus que moi soit largement moins de 40. J’ai 2 enfants, je suis loin de mon retour de couche de ma dernière. Nous travaillons tous les deux et nous aimons nos boulots (un vrai luxe) et moi je ne veux pas encore ralentir ma carrière !

    J’ai même la chance ultime de pouvoir travaillé à temps partiel – non indemnisé par la caf car j’étais deja en tps partiel avant ma petite deuxième.

    Mais, nous n’avons qu’un tout petit appart’ – moins de 15m2 par personne – et nous n’avons pas les moyens de prendre plus grand sans payer bien plus de loyer, on parle là de 300 à 400 euros de plus par mois.

    Il faudrait donc que je travaille plus et que nous dépensions plus en garde d’enfant – 750 euros deja là pour une ass mat à tps partiel !

    Il faudrait aussi sacrifier des loisirs pour les filles – impossible de faire judo et danse pour ma grande et les activités de la petite dans 1 an et ceux du troiz dans 4 ans, changer de voiture aussi.

    Et puis, les nuits pourris (5 ans en cumulé pour mes filles), mon manque de patience parfois.

    Et puis … et puis Et puis.

    Mes raisons sont trop légères ?

    Mais je n’ai pas d’autres raisons, pas de bonnes raisons pour beaucoup, ce sont juste mes raisons !

    Souvent les gens parle du viol ou d’avoir 15 ans comme limite acceptable pour l’avortement. Moi je ne suis pas d’accord. C’est du cas par cas et c’est tellement perso.

    😉

  9. Maman Geek Post author

    Tes raisons me semblent valables, c’est réfléchit et tu pense aux bien de tes enfants et a ce que tu ne pourra donner a celui qui arriverait. Ceux qui sont injustifiés a mes yeux c’est par enxemple un couple sans enfant mais qui l’envisage « dans quelques mois », qui ont tous les deux des bons emplois, qui ont un grand logement et qui avortent parce qu’ils préfèrent encore attendre quelques semaines… C’est cette catégorie là que je n’arrive àa a justifier dans ce choix. pas les autres 😉

  10. La Ronde

    Il me semble que si une femme ne veut pas d’un bébé, que sa raison soit « justifiée ou non », qu’elle le fasse par égoïsme ou pas, si on la « force » à mener à terme cette grossesse, je me demande quel sera l’avenir de ce petit bébé… OK, il y a l’adoption. Mais, durant 9 mois, ce bébé grandira dans un ventre où il n’est pas désiré, pas aimé. Je suis intimement persuadé que cela laisse des traces, même si elle sont invisibles…

    Quant à l’argument qu’il y a des femmes qui veulent un bébé et qui n’y arrive pas, cela me fait penser à cette phrase que l’on me sortait toujours quand j’étais petite : « finis ton assiette, même si t’as plus faim. Tu penses à tous ces petits africains/pauvres/chinois qui n’ont pas à manger tous les jours ?! »… Oui, sauf que ce n’est pas de ma faute… (surtout en tant qu’enfant, dans l’exemple).

    Je veux dire, c’est horrible ce que traversent les couples qui veulent un bébé et qui n’y arrivent pas. Je compatis sincèrement et j’applaudis des deux mains les recherches qui visent à faciliter leur parcours et la procréation artificielle. N’empêche que cela ne me semble pas justifier qu’un enfant soit mis au monde dans une famille qui ne veut manifestement pas de lui et grandisse avec cet héritage…

    Evidemment, si la femme veut garder le bébé et le donner à l’adoption, je trouve ça très bien aussi. Mais, je crois que l’impact sur le bébé sera différent… La décision aura été réfléchie et choisie. Et non imposée.

    Bon, après, je dis ça, mais je crois que je serais incapable d’avorter moi-même. J’ai le même ressenti que toi. Pour moi, le bébé existe dès sa conception. Mais, je crois aussi fermement à l’existence des âmes. Et aucune âme ne mérite de vivre une souffrance qui ne lui appartient pas…

    PS : j’espère que mon ton n’était pas trop agressif. Ce n’est absolument pas mon intention. Je ne veux qu’ajouter mon point de vue au débat et je ne méprise nullement celles et ceux qui pensent autrement ! 😉

  11. bébé

    Le problème se situe surtout avant la procréation pour ces femmes qui « avortent par confort » ou celles qui utilisent l’avortement comme moyen de contraception. De nos jours on peut quand même éviter facilement de tomber enceinte si on en a pas envie (attention je ne parle là que des femmes adultes qui sont enceintes de leur conjoint)

  12. Maman Geek Post author

    La ronde, je suis comme toi, je crois à l’existence des âmes et oui, je suis aussi d’accord sur le fait qu’un bébé in utero doit certainement ressentir quand il n’est pas désiré c’est un point qui me fait justement ne pas avoir d’avis tranché sur la question. j’ai une opinion mais elle est nuancée par tout un tas de paramètres. C’est, je pense, une des situations humaines les plus compliquée à gérer émotionnellement parlant car elle n’implique pas que soi…

    Après tu dis que tu serai incapable d’avorter. Et bien il en va de meme pour moi mais il ne faut jamais dire jamais, on ne sait pas de quoi demain est fait et je ne souhaite de malheur a personne mais nous pouvons toutes un jour nous retrouver confrontées à ce choix…

  13. La Ronde

    C’est clair que l’on peut toutes être confrontées à ce choix un jour ou l’autre. C’est pour ça aussi que je ne veux pas juger celles qui agiraient autrement que je ne le pense, assise confortablement dans mon fauteuil, bien loin de ce dilemne cornélien… 😉

  14. Soma

    Le droit à l’avortement est un vaste débat & j’ai envie de dire qu’heureusement qu’il existe & j’espère, que jamais nous ne ferons marche arrière.
    L’avortement n’est pas anodin. Je ne comprends pas ce terme d’avortement de confort… (D’où ça sort d’ailleurs ? en vivant à l’étranger, j’ai p-être loupé un truc).
    En attendant, si le discours « on avorte parce que ce n’est pas le moment » te choque (je comprends que c’est vraiment déplacé)… il est difficile de concevoir qu’un couple puisse aimer un enfant non désiré. Cet enfant sera en permanence rejeter parce qu’il n’est pas arrivé « au bon moment ».
    Il n’y a malheureusement pas de solution…
    Lorsqu’on a le choix, cela crée toujours des discussions & des avis divergents.
    Cette décision reste qqch de personnel & je crois qu’on se doit de le respecter.

  15. Dexterina

    WHAOU la vidéo… OMG, j’ai appris des choses dont je pense, intérieurement je me taisait l existance…
    Le fait de tuer un enfant né vivant sous pretexte d avortement alors que celui ci est viable me donne la gerbe et savoir qu ejusqu’en 2002 on les étouffais ou les étranglés encore plus !
    Tous ces être si innocent et faible …. ça me fait si mal 😡
    Pour les méthodes utilisé pour des avortement tardif, ils disent endormir le bébé avant…je doute que ça soit toujours le cas… et j’avais vu une vidéo horrible où des bébés entièrement formé était jeté vivant dans une espèce de grosse poubelle rempli de je ne sais quel produit…. je n’en ai pas dormi pendant des nuits et des nuits…
    C est pour cela que, perso, je ne pratiquerais pas cet acte…

  16. mamananonyme

    @dexterina… la vidéo parle d’avortement à 6mois et demi de grossesse.

    Il est évident pour ma part que c’est intolérable… l’avortement en france c’est 14SA et c’est deja pas mal. C’est une limite à ne pas franchir.

    Sur la vidéo, les « parents » de cette femme ont recours au meurtre pas à l’avortement.

  17. Dexterina

    C’est vrai que c est particulier olala !
    J’ai vu une autre vidéo qui explique comment ça se passe à 14SA aussi et wooow j’ai cru vomir aussi… ça me conforte bien dans l idée que je ne supporterais pas de le faire.

  18. cris

    je partage votre avis à 200% je peux comprendre l’avortement dans les cas particuliers mais en cas de confort je ne peux pas. J’ai perdu un bébé à 5 semaines et j’en ai énormément souffert, je me suis sentie incomprise, cet « enfant » que je portais n’était considéré par le corps médical que comme un embryon non viable, une « chose », un « déchet » éliminé car il n’aurait sans doute pas survécu… le cerveau de la femme est bien différent, pour moi il était mon bébé. Je pense que de nos jours, il y a suffisamment de moyens de contraception sur le marché et je vois pourtant bon nombre de connaissances ne se protégeant pas ou n’en prenant pas. Je trouve cela triste et je crois qu’il faudrait d’avantage responsabiliser les gens fasse à cela on n’avorte pas comme on va prendre une baguette de pain, ce qui est éliminé est quelque chose de vivant.

  19. Virginie

    Boonjour,

    Je m’appelle Virginie, j’ai 24 ans et dans une semaine je vais avorter…

    J’ai lu vos commentaires à toutes et ils m’ont donné un étrange sentiment. Je vais avorter car il y a maintenant quelques année on m’a diagnostiqué des troubles bipolaires, puis une dépression sévère il y a peu. Je suis illustratrice, mon amis travaille lui aussi mais nous vivons dans un minuscule studio et avons du mal à joindre les deux bouts. Il y a 9 semaines je suis tombée enceinte alors que je n’ai jamais oublié un seul jour ma pilule. Le gynécologue m’a dis qu’exceptionnellement il était possible que m’a pilule ai été trop peu dosée (ou quelque chose dans ce genre)

    Comment dois-je me sentir? Je ne sais pas. Est-ce une IVG de confort? Je ne sais pas…
    Ce que je sais, c’est que si ce petit être vient au monde, je ne pourrais pas, avec tous ce contre quoi je lutte chaque jour, le rendre heureux, l’élever de façon convenable. Je l’aimerai, oui et ça me crève le coeur d’avoir à faire ce que je vais faire mais je ne peux pas me permettre un autre choix que celui là!
    J’aimerais mais je ne peux pas.

    L’adoption, non. je ne pourrais pas garder 9 mois ce bébé en moi pour ensuite le donner, imaginez-vous un seul instant la force d’esprit qu’il faut pour ça? Moi je ne l’aurais pas.

    Alors jugez-moi ou pas, sachez que ça reste dur pour moi de faire cela.

  20. Hubert

    Magnifique vidéo. Merci de ĺ´avoir partagée.

    Il y a encore peu, je ne me souciais en rien de ces histoires d’avortements. J’avalais gentiment tout ce que me racontaient les médias : tout va bien, c’est le choix de la mère, c’est sa liberté.

    Mais aujourd’hui je suis père de 3 enfants et je suis devenu pro-vie. Attention, je ne suis pas un Ayatollah ! Je suis bien d’accord qu’il y a des cas où on ne peut pas faire autrement et je l’accepte.

    Mais je ne suis plus d’accord quand j’entends que c’est le choix de la mère. Je crois que le père a aussi son mot à dire. Mieux (pire?) je pense aussi que les parents ont leur mot à dire. Si j’apprends un jour que ma fille a avorté… Mon Dieu, qu’est ce que je raconte là…

    Et je crois aussi que l’IVG a été mis en place pour permettre de résoudre proprement des cas exceptionnels. En 2014, nous en sommes arrivés à 220 000 avortements par an. L’exception est devenue la routine. Il y a quelque chose qui cloche. Il faut inverser la tendance et lutter contre cette culture de mort.

  21. Marie

    Certes,avorter pour pouvoir voyager est une excuse minable à côté du viol mais est-ce mieux d’accueillir des enfants non désirés qui seront malheureux toute leur vie?
    J’ailu sur des forums des témoignages de ces enfants rendus adultes qui souffrent encore de ce manque d’amour car malheureusement,ils n’arrivent pas tous à s’en sortir.
    Oui,il y a des couples qui sont plein aux as,qui n’ont pas d’enfants même s’ils en ont les moyens.Cela s’appelle des childfrees,mesdames et messieurs.

    Quoique même si on ne fait pas partie de ce groupe,on a le droit de faire des bébés si on veut,quand on veut.

    Quand je lis « l’adoption existe » ou « pense aux filles stériles qui galère pour avoir un gosse »,j’ai presque envie de leur dire: -Ah ben si tu le voulais,il fallait le dire!

    Ceci

  22. Hubert

    Voici une autre vidéo intéressante sur le sujet https://www.youtube.com/watch?v=c8eGJm1CWSo
    Rebecca Kiessling est née à la suite du viol de sa mère. Elle fait partie de ceux qui considèrent qu’avorter dans ce cas ne fait qu’ajouter du malheur au malheur.
    Sur son site il y a d’autres témoignages de personnes dans sa situation.

  23. Marie

    Pourquoi les pro-vie doivent toujours faire référence à Dieu?

    L’avortement n’a pas été conçu pour faire chier Dieu bon sang.

  24. Maman Geek Post author

    L’IVG ne peut pas se juger. C’est du cas par cas. Maintenant je considère qu’un couple qui a prévu de se lancer dans l’aventure dans quelques mois, qui avorte uniquement pour ne pas perdre ses prochaines vacances, oui, c’est clairement abuser d’un acte qui ne devrait pas servir à ça ! (Et ceux que j’ai croisé lors de ma GEU se vantait fièrement de dire que ça faisait 2 fois déjà mais qu’ils n’allaient pas se priver de leur semaine en amoureux à venise pour (et je cite) « Un chiard »… Qu’on ne vienne pas me dire qu’il n’y a pas de quoi piquer une crise sur ce genre de réaction…

  25. Hubert

    @Marie avant d’être des pro-vie, ces deux femmes Gianna Jessen et Rebecca Kiessling sont des rescapées. Peut-être que ça joue un rôle dans l’origine de leur foi. Personnellement, lorsque je les entends j’éprouve plutôt de la compassion que de l’agressivité.

  26. Marie

    @Hubert

    C’est juste que je trouve que c’est un mauvais argument d’interdire l’avortement avec le christianisme.Tu dis quoi à quelqu’un qui est athée,juif,musulman ou d’une toute autre religion?

  27. Hubert

    @Marie ce n’est pas un argument en effet, c’est plutôt un corollaire. A mon avis, juifs, musulmans, chrétiens et tous ceux qui sont portés à expliquer le miracle de la vie par l’existence de dieu sont tous opposés à l’avortement. Après il y a l’autre famille de pensée : celle qui met l’homme au centre et qui considère que la finalité de l’homme est d’abolir toute limite pour satisfaire ses désirs.

    Dans les deux familles il y a des laxistes et des extrémistes mais je crois que les plus intolérants ne sont pas ceux que les médias désignent.

  28. Marie

    @Hubert

    Le verdict est simple:si les pro-vie veulent que leurs idées soient écoutées et comprises,ils doivent cesser de faire allusion à Dieu voir tout autre croyance religieuse.

  29. Hubert

    @Marie non c’est tout le contraire. Il faut que ceux qui croient en Dieu cessent de se cacher car on a vu où nous mène le libertarianisme : 220 000 avortements par an en France. Huit millions depuis l’instauration de la loi Veil en 1975. On n’est plus dans la défense d’un droit, on est dans la promotion idéologique d’un dérapage.

    Entre le zéro avortement et le tout avortement il y a une juste limite. Pour atteindre cet équilibre, il faut que tous puissent s’exprimer, que toutes les sensibilités soient représentées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *